30 HA DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE YOFF, PLAGE ANSE BERNARD : Le Pastef fustige le bradage des derniers espaces libres de Dakar

Par , publié le .

Actualité

Beaucoup avaient applaudi, après l'annonce d'un projet d'espace vert de 10 ha, à côté des terres de l'ex-aéroport international Léopold Sédar Senghor de Dakar. Mais, selon Pastef, ces 30 ha vont être vendus à 60 milliards pour un projet immobilier.

De la poudre aux yeux. C'est de la sorte que le parti Pastef d'Ousmane Sonko accueille la démarche du président de la République qui a annoncé, mercredi en Conseil des ministres, le projet de Parc forestier urbain de Dakar-Yoff, dans le cadre de l'initiative « Le Sénégal-Vert'', prévu sur une zone de 10 hectares qui seront adossés à la zone des 30 hectares affectés à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) sur l'emprise de l'aéroport militaire Léopold Sédar Senghor de Yoff.

A en croire la coordination départementale de Pastef-Dakar, au même moment où Macky Sall promet aux Dakarois un espace de détente, il a mis en vente, « dans des conditions obscures, le peu d'espace libre de toute occupation qui reste à Dakar, pour une modique somme de 60 milliards. Nous voulons ainsi parler de 30 ha mis à la disposition de la CDC''.

Ousmane Sonko et Cie y voient ce qui pourrait être assimilé à une dynamique de formalisation d'un bradage des terres de l'aéroport de Dakar et réclament les 30 ha, au lieu des 10, pour y reboiser des milliers d'arbres et en faire un véritable poumon vert. Une nouvelle polémique sur les questions foncières en perspective, donc, au moment où, déplorent les patriotes, « l'octroi du littoral ouest dakarois ne trouve pas encore de réponse satisfaisante d'un régime aux abois'' et que « les dignes propriétaires de Gadaye courent derrière la mise à disposition de leurs terres injustement spoliées''.

Les Patriotes voient dans la gouvernance de Macky Sall de l'incohérence, de la turpitude et de la fourberie. Et pour illustrer cette position, ils se demandent: comment comprendre, à l'heure des smart city et des villes vertes, que le Pôle urbain de Diamniadio soit construit pour décongestionner Dakar, et qu'en même temps, l'on se permette de vendre ce qui reste des terres de l'aéroport pour y construire des immeubles' Une seule explication, selon eux: « Macky souffre d'un manque criard d'ambition, de vision pour Dakar et ne prend des décisions que pour des besoins de dilapidation de nos ressources, pour enrichir proches et transhumants politiques.''

Anse Bernard, plage mythique en voie de disparition

Le bradage des derniers espaces libres de la capitale sénégalaise ne s'arrête pas là. Après avoir dénoncé les conditions et l'octroi de la cité de l'Emergence (ex-garage Pompiers), de même que celle de la corniche-Ouest, c'est de l'autre corniche que les Dakarois n'auront bientôt plus droit d'accès. Car le décret n°2017-525 du 10 avril 2017 a déclassé 3 548 m² du domaine public maritime sis sur la corniche-Est dakaroise dénommé « Anse Bernard''. Pour la coordination départementale de Pastef-Dakar, cette action ne viserait que l'octroi de cette plage mythique, une des plus belles de Dakar, à des privés pour en faire encore un hôtel, au regard du projet publié par le cabinet d'architecture sud-africain Saota.

En effet, sur les réseaux sociaux, circulent, depuis quelques jours, des images d'un futur hôtel présenté comme étant un projet sur cette plage localisée derrière le palais de la République. Un « énième carnage'' sur le littoral que ces militants politiques contestent « avec la dernière énergie'' et demandent la restitution d'Anse Bernard aux Dakarois.

Lamine Diouf

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)