3e mandat de Macky : La bombe à retardement

Par , publié le .

Actualité

En politique affirme Raymond Aron, ce n'est pas entre le bien et le mal mais entre le préférable et le détestable. Et le président Macky Sall enivré par la grisaille du pouvoir ne voit plus que de briguer un 3e mandat au mépris de notre charte fondamentale. En effet ce qui l'importe, c'est de remettre le glaive à l'instar de ses pairs africains. Toutes les pièces du puzzle sont aujourd'hui réunies et il ne reste plus qu'au « Capitaine » de se prononcer. Ce qu'il risque de ne jamais faire. Il préfère faire parler les actes que de s'ouvrir par lui-même. Les sénégalais vont-ils attendre que cette bombe à retardement leur soit dégoupillée pour qu'ils daignent faire face ?

Toutes les pièces du puzzle sont présentement réunies. Le landerneau politique national a assez épilogué sur un éventuel 3e mandat du Chef de l'Etat Macky Sall. On en a tellement épluché qu'on en est venu à abandonner ce débat qui pourtant refuse de se disperser en anecdotes.

On l'aurait assimilé à une braise dormante prompte à se rendre ardente au contact du souffle. Et le plus cocasse dans cette affaire, ce sont vraisemblablement les gens du pouvoir dont la tendance est de ressusciter ce débat à tout bout de chemin.

Juridiquement, le Chef de l'Etat n'aurait pas droit à un 3e mandat. Mais les choses étant ce qu'elles sont, il va forcer le barrage pour briguer et gagner la prochaine présidentielle comme il en était lors de la présidentielle dernière.

Organiser un semblant de scrutin et annoncer d'avance des résultats qui se confirmeraient devant l'histoire. Une duplicité jamais vue dans l'histoire politique du Sénégal.

Dieu sait ce qu'il en est. Chemin faisant, le Chef de l'Etat a fait croire qu'il ne peut briguer un 3e mandat et qu'en 2024 ,il va pour sûr débarrasser le plancher.

Ensuite, il a changé de fusil d'épaule en affirmant à la face du monde qu'il ne dira «ni Oui ni Non» au risque de susciter la baisse des bras de son gouvernement ou autres guerres de dauphinat.

Troisièmement, les sénégalais ont eu droit à une série de limogeages impromptues de ses proches collaborateurs. Leur seul tort, c'est d'avoir récusé sans ambages le 3e mandat. C'est bien le cas de l'ex-directeur des Sénégalais de l'Extérieur, Sory Kaba, de l'ex-ministre conseiller Moustapha Diakhaté et récemment de Me Moussa Diop, ex-directeur général de Dakar Dem Dikk.

Toutefois, ceux qui s'épanchent dans les médias pour défendre la possibilité d'un 3e mandat du président Sall ne sont jamais inquiétés. C'est bien le cas du député Aymérou Gningue et du ministre d'Etat Mbaye Ndiaye, entre autres.

Ces derniers s'érigent en bouclier du Chef de l'Etat pour qu'il brigue un 3e mandat. A l'évidence, toutes les pièces du puzzle sont en effet réunies suscitant ainsi une bombe à retardement dont la déflagration risque si l'on y prend pas garde d'emporter beaucoup de sénégalais au moment opportun. Le mutisme des sénégalais par rapport à cette adversité ne rend service à personne. Et demain, il fera jour !

Assane SEYE-Senegal7

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)