Ababacar Sadikh Bèye :  »Le port est devenu un goulot d’étranglement à l’économie »

Par , publié le , Modifié le .

Actualité

Dans le cadre du projet de cartographie du domaine portuaire, le gouverneur de Dakar Al Hassan Ba a présidé un Comité régional de développement (CRD), sous la présence du directeur général du Port autonome de Dakar (PAD), Ababacar Sadikh Béye, mais également du directeur général de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), Babacar Ndir.

« Le gouvernement du Sénégal a mis à la disposition du port un foncier très important sur lequel le port va développer ses activités de logistiques mais, en même temps, servir les usagers. Aujourd’hui, il est forcé de reconnaitre que le port ne connait pas bien son domaine et il y a l’adage qui dit que si vous ne savez pas mesurer quelque chose, vous ne pouvez pas le gérer», a reconnu, de prime abord, Ababacar Sadikh Béye, directeur général du Port autonome de Dakar.

Et d’ajouter : « Donc pour mieux le gérer, pour mieux optimiser le domaine du port, nous avons décidé, avec l’accompagnement de l’ANSD, de faire un état des lieux du foncier du port aussi bien à l’intérieur qu’a l’extérieur pour que la congestion soit maîtrisée avant de passer à son élimination »

Le directeur général relevé également : « Nous avons tous les atouts aujourd’hui pour contribuer à hauteur de 2,3% du PIB, mais pour cela, il faut qu’on soit mieux organisé pour connaitre davantage le foncier et le client. Le port est devenu quelque part un goulot d’étranglement à l’économie nationale. Nous connaissons une croissance du Pib qui dépasse les 6% sur les six dernières années. Et cette croissance a été rapide et a un peu surpris le port qui n’a pas réagi très rapidement dans le cadre de ses investissements pour le renouvellement de ses infrastructures pour l’optimisation de son espace »

De son coté, Babacar Ndir, le directeur général de l’Ands souligne que l’institution a l’habitude de sensibiliser et de rencontrer nos fournisseurs de données. « Dans le cadre de ce projet, nous avions jugé nécessaire de rencontrer ces fournisseurs. Et ça nous permettra d’avoir une meilleure maîtrise de la zone portuaire », a-t-il indiqué.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)