Affaire Thione Seck : Le bâtonnier Mbaye Guèye indexe Me Sidiki Kaba

Par , publié le , Modifié le .

Actualité

Le bâtonnier de l’Ordre des avocats Me Mbaye Guèye tient l’ancien ministre de la Justice Me Sidiki Kaba comme responsable de la non application des textes de l’Union économique et Monétaire Ouest-africaine (UEMOA). Me Mbaye Guèye soutient la décision du juge dans l’affaire Thione Seck.

Il s’exprimait sur les ondes de la radio Rfm : « Par rapport à l’article 5 du règlement n°5 de l’Uemoa, je suis meurtri de voir qu’au Sénégal, on discute encore autour de ce texte au lieu de l’appliquer rigoureusement. Ils ont présenté un texte pour réglementer la garde à vue et dire que l’avocat ne sera présent qu’à la 24ème heure. Alors que le texte parle de « dès l’interpellation ». Quand on a voté le texte, le même ministre, Me Sidiki Kaba nous dit qu’il faut maintenant prendre une circulaire pour définir les modalités. Le ministre met le coude sur cette circulaire; jusqu’à son départ cette circulaire n’a pas été signée. Ils n’ont pas notifié à Thione Seck qu’il avait le droit de se faire assister par un avocat et ils ne l’ont pas mentionné sur le procès-verbal. C’est un motif de nullité et le juge a bon droit à annuler la procédure, fustige-t-il.

Cependant, Me Mbaye Guèye n’a pas manqué de dénoncer le dossier de Khalifa Sall qu’il juge injuste. Selon le bâtonnier, on lui a refusé le droit d’être assisté par son avocat.

« Pour l’affaire Khalifa Sall, nous sommes à un niveau où l’opinion doit être informée et correctement informée. Lorsque Khalifa Sall a été convoqué, il a été mis dans une salle mais quand son avocat est arrivé, on lui dit qu’il n’avait pas le droit d’entrer. J’ai appelé le procureur de la République, il me dit « mais Khalifa Sall n’est pas arrêté, après l’interrogatoire il va rentrer chez lui » alors que le texte parle d’arrestation. »

La robe noire de poursuivre: « Le dossier Khalifa Sall en appel, la cour a annulé le procès-verbal. Il y a une annulation d’un acte. Il y a une annulation d’une procédure. Hier, le juge dans l’affaire Thione Seck a considéré que l’annulation procède de l’omission d’une formalité substantielle et donc on annule l’acte et toute la procédure subséquente. La cour d’appel n’a pas fait ça. »

O commentaire

Laisser un commentaire