Covid-19 : jusqu'à 86 millions d'enfants supplémentaires menacés de vivre dans la pauvreté

Par , publié le .

Actualité

Selon une étude conjointe de l'ONG Save the Children et de l'Unicef, le nombre d'enfants vivant dans un ménage pauvre pourrait augmenter de 15 % par rapport à l'année dernière, en raison des conséquences économiques de la pandémie de Covid-19.

Les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 pourraient plonger jusqu'à 86 millions d'enfants supplémentaires dans la pauvreté d'ici la fin de l'année, selon une étude conjointe de l'ONG Save the Children et de l'agence onusienne Unicef.

Au total, ce serait ainsi 672 millions d'enfants touchés par la pauvreté, soit une augmentation de 15 % par rapport à l'année précédente, précisent les deux organisations, dans un communiqué publié mercredi 27 mai. Près des deux tiers de ces enfants vivent en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud.

L'augmentation du nombre d'enfants touchés par la pauvreté à cause de la pandémie aurait surtout lieu en Europe et en Asie centrale, selon l'étude qui s'appuie sur des projections de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international et des données démographiques dans une centaine de pays.

Nécessité d'une action immédiate et efficace

« L'ampleur des difficultés financières auxquelles sont confrontées les familles menace les progrès obtenus depuis des années dans la réduction de la pauvreté des enfants et de les priver de services essentiels », estime Henrietta Fore, directrice de l'Unicef, citée dans le communiqué.

Avec une action immédiate et efficace, « nous pouvons contenir la menace de la pandémie pesant sur les pays les plus pauvres et certains des enfants les plus vulnérables », juge de son côté Inger Ashing, patronne de Save the Children. Ils sont « très vulnérables à des périodes de faim même courtes et à la malnutrition, qui peuvent les affecter durant toute leur vie », avertit-elle dans le communiqué.

Les deux organisations demandent notamment aux gouvernements d'étendre rapidement leurs systèmes de couverture sociale et l'alimentation dispensée dans les écoles pour limiter les effets de la pandémie.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)