Covid-19 : Madrid serre la vis pour près d'un million de personnes

Par , publié le .

Actualité

Environ 850 000 personnes dans les quartiers pauvres de Madrid vont être à nouveau confinées à partir de lundi, a annoncé vendredi la présidente de la région. Les habitants pourront en revanche circuler à l'intérieur de la zone confinée.Débordée par l'explosion de cas de Covid-19, la région de Madrid a annoncé, vendredi 18 septembre, une stricte limitation de la liberté de mouvement d'environ 850 000 personnes afin de tenter de freiner la deuxième vague de l'épidémie.Les habitants des zones concernées, qui représentent 13 % de la population de la région, ne pourront sortir de leur quartier que pour des raisons de première nécessité comme aller travailler, aller chez le médecin ou amener leurs enfants à l'école. Ils pourront, en revanche, se déplacer librement au sein de ce quartier. De la même manière, l'entrée dans ces zones, sauf pour ces raisons de première nécessité, sera interdite. »Il faut éviter l'état d'alerte » imposé au printemps par le gouvernement central et qui aurait eu pour conséquence d'empêcher tout mouvement, ainsi que « le confinement et le désastre économique », a insisté la présidente de la région, Isabel Diaz Ayuso, en annonçant ces mesures lors d'une conférence de presse, lors de laquelle elle a également annoncé un million de tests. Dans ces quartiers ou communes, situés en particulier dans le Sud défavorisé de la capitale, les parcs seront fermés, alors que les magasins, ainsi que les bars et restaurants, devront limiter leur capacité d'accueil à 50 %. Par ailleurs, le nombre de personnes pouvant se réunir sera ramené de dix à six dans l'ensemble de la région. Ces mesures entreront en vigueur lundi pour une durée de deux semaines.Soumise au printemps à l'un des confinements les plus stricts au monde, l'Espagne a vu depuis juillet l'épidémie repartir à une vitesse galopante jusqu'à devenir le pays ayant le nombre de cas rapporté à sa population le plus élevé de l'UE. Une parfaite illustration du cri d'alarme lancé jeudi par l'OMS à propos d'un niveau de transmission « alarmant » en Europe.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)