Covid-19: Pfizer annonce que son candidat-vaccin est «efficace à 90%»

Par , publié le .

Actualité


L'annonce par les laboratoires Pfizer et BioNTech d'un vaccin efficace à 90% contre le coronavirus, ce lundi 9 novembre, suscite de nombreuses réactions enthousiastes. L'action de Pfizer s'envole.

Le président élu des États-Unis Joe Biden a déjà parlé de signe d'« espoir » après l'annonce par les laboratoires Pfizer (États-Unis) et BioNTech (Allemagne) d'un vaccin « efficace à 90% » contre le Covid-19, selon l'essai à grande échelle de phase 3 en cours, dernière étape avant une demande d'homologation.

La protection des patients a été obtenue sept jours après l'injection de la deuxième dose du vaccin et 28 jours après la première, selon les résultats préliminaires. « Plus de huit mois après le début de la pire pandémie en plus d'un siècle, nous pensons que cette étape représente un pas en avant significatif pour le monde dans notre bataille contre le Covid-19 », a déclaré le président-directeur général de Pfizer, Albert Bourla, dans un communiqué. « Le premier ensemble de résultats de notre essai de vaccin Covid-19 de phase 3 fournit la preuve initiale de la capacité de notre vaccin à prévenir le Covid-19 », ajoute-t-il.

Trump réagit, les Bourses en ébullition

L'annonce des deux groupes pharmaceutiques a également été saluée par l'actuel président américain Donald Trump. « La Bourse est en forte hausse, un vaccin arrive bientôt. Efficacité de 90%. Quelle excellente nouvelle ! », a-t-il tweeté.
Publicité

Cette annonce a également provoqué un bond des Bourses européennes. Sur la base de projections, Pfizer et BioNTech ont déclaré qu'elles prévoyaient de fournir jusqu'à 50 millions de doses de vaccins dans le monde en 2020 et jusqu'à 1,3 milliard de doses en 2021.

Le « taux d'efficacité vaccinale de plus de 90% » a été mesuré en comparant le nombre de participants infectés par le nouveau coronavirus dans le groupe qui a reçu le vaccin et dans celui sous placebo, précisent Pfizer et Biontech dans leur communiqué.

Dans une grande partie du monde, les taux d'infections au Covid-19 atteignent des niveaux records, les unités de soins intensifs des hôpitaux se remplissent et le nombre de morts ne cesse d'augmenter.

Berlin se réjouit du succès d'une entreprise allemande

En Allemagne, cette annonce a été saluée même si responsables politiques et experts veulent rester prudents, rapporte notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut. « Les données sont très encourageantes. Je me réjouis qu'une entreprise allemande figure parmi les premières à annoncer un succès. Mais cela ne signifie pas que le vaccin sera introduit sur le marché demain », a déclaré le ministre de la Santé allemand Jens Spahn s'est montré prudemment optimiste après l'annonce de la société de Mayence Biontech alliée au géant américain Pfizer. La communauté scientifique allemande salue cette avancée mais attend de disposer de plus de détails pour porter un jugement plus précis sur le nouveau produit.

C'est en tout cas un succès pour la société Biontech, dirigée par un couple d'origine turque, qui a lancé ses recherches dès le début de l'année et est à l'origine du vaccin. L'entreprise a bénéficié d'un soutien financier du gouvernement allemand de 375 millions d'Euros ces derniers mois.

Comme son allié Pfizer, Biontech qui compte 1 300 salariés a déjà pris des mesures pour développer ses sites de production en Allemagne et faire face en cas de succès à une forte demande. Le cours de la société à la bourse de Francfort a augmenté de près de 20% ce lundi. La valeur de Biontech est désormais estimée à 25 milliards de dollars.

L'Union européenne a par ailleur annoncé qu'elle va finaliser « bientôt » son contrat avec l'américain Pfizer et l'allemand BioNTech, à la suite d'un accord provisoire conclu en septembre, pour leur acheter jusqu'à 300 millions de doses de leur vaccin en préparation.

Deuxième vaccin russe

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 10 essais cliniques de vaccins sont actuellement en phase 3 dans le monde, dont ceux de la biotech américaine Moderna, de plusieurs laboratoires étatiques chinois et du britannique AstraZeneca, en collaboration avec l'université d'Oxford. Pfizer et BioNTech sont les premiers à rendre publics des résultats intermédiaires de ces essais.

Aucun vaccin n'a encore reçu d'approbation pour une distribution commerciale à grande échelle. Mais les autorités chinoises ont donné leur feu vert à une utilisation d'urgence pour certains de ces vaccins.

En Russie, une grande partie de l'élite politique a dit s'être fait vacciner par le vaccin Spoutnik V, que le gouvernement espère déployer massivement dans les prochains mois. Le pays a soumis fin octobre à l'OMS une demande de préqualification de ce vaccin, « enregistré » par les autorités début août, ce qui correspond en Russie à l'étape préalable à la phase finale des essais cliniques. Un deuxième vaccin russe a été enregistré mi-octobre.

(Avec AFP)

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)