HISTOIRE ROI DU CAYOR : Mieux faire connaître Lat-Dior grâce aux curricula

Par , publié le , Modifié le .

Culture

Depuis 2015, est mis sur pied un comité chargé de créer la fondation Lat-Dior. Il est composé de la famille de l’ancien roi du Cayor et d’amis de cette dernière. Ils ont fait face à la presse mardi au Musée des forces armées.

Que reste-t-il de l’héritage de Lat-Dior, héros national’ C’est la question que s’est posée avant-hier, au Musée des forces armées, au cours d’une conférence de presse, l’enseignant chercheur au Département d’histoire de la faculté des Lettres et sciences sociales, Mor Ndao. La question mérite d’être posée 132 ans après la disparition de l’ancien roi du Cayor. Aujourd’hui, sa famille et des Sénégalais se sont réunis pour faire davantage vivre Lat-Dior dans la mémoire collective. Cela pourrait passer, entre autres, par l’école.

« Le projet qu’on a en perspective, offre l’occasion aux historiens, chercheurs en sciences sociales de revisiter l’ère et l’épopée de Lat-Dior. C’est l’occasion de placer Lat-Dior au coeur du débat, pour identifier les pistes et solutions salvatrices pour l’évaluation de notre patrimoine national », a expliqué le Pr. Ndao.

« C’est pour nous l’occasion de refonder les curricula, c’est-à-dire les programmes dispensés dans les écoles élémentaires, les collèges et les universités. C’est, en mon sens, la voie salvatrice pour préserver notre patrimoine national et protéger notre jeunesse dans un contexte de mondialisation irréversible et face aux enjeux du monde d’aujourd’hui et de demain. Parler de Lat-Dior, c’est parler d’une figure de notre patrimoine national », a défendu le Pr. Mor Ndao. « La jeunesse doit avoir des repères historiques », a ajouté le comédien Pape Faye.

Mais que connaît-on généralement de l’homme, sinon qu’il était roi du Cayor, qu’il a refusé qu’on construise une voie ferroviaire dans son royaume et qu’il est mort le 27 octobre 1886 à Dekheulé? Pourtant, il a y a une tonne et un quintal à dire sur lui, comme ce côté panafricaniste dont on ne parle pas assez. « Lat-Dior, c’est aussi le panafricaniste. Il est du Cayor. On le voit dans le Saloum, le Fouta, le Djolof. Sa vision dépassait largement le cadre étroit du Cayor. Lorsqu’il rejoint Maba Diakhou Bâ, c’était une coalition internationale contre Pinet Laprade. Le chef du Fouladou avait traversé le fleuve Gambie pour rejoindre la coalition internationale. C’est Lat-Dior qui a escorté cette coalition; c’était lors de la bataille de Pathé Badiane. Lat-Dior avait une vision africaine, il appartenait à la visée panafricaniste défendue par Cheikh Anta Diop, Nelson Mandela, Kwame Nkrumah », selon Pr. Mor Ndao.

Que dire de ses stratégies de guerré Ce n’est pas pour rien que l’universitaire le voit en héros de la nation sénégalaise. « Dans le dictionnaire Larousse, il est écrit que le héros est une personne qui se distingue par sa bravoure, ses mérites exceptionnelles. Cela, rapporté à l’aune du personnage de Lat-Dior, l’on se rend compte que c’est un soldat tombé sur le champ de l’honneur en héros. En allant le 27 octobre 1886 à Dekheulé, il savait qu’il allait mourir », selon le Pr. Ndao.

En effet, il est dit qu’à la veille de la bataille de Dekheulé, le vénéré guide des mourides, Cheikh Ahmadou Bamba, avait demandé à Lat-Dior de ne pas se rendre sur le champ de bataille, parce qu’il risquait d’y laisser sa vie. Lat-Dior Ngoné Latyr Diop a tenu, malgré cette mise en garde, à y aller, parce que, disait-il, il avait déjà donné sa parole et il se devait de l’honorer. Ce que le Pr. Ndao appelle le sacrifice suprême. « Il s’est sacrifié pour la nation », a-t-il déclaré.

Et aujourd’hui, au-delà des étudiants, Lat-Dior devrait être connu des troupes sénégalaises. « Il a transmis un patrimoine, un legs pour la mémoire collective. Ce stratège hors pair, tacticien qui sort du commun, s’illustra dans plusieurs batailles épiques chantées par notre mémoire collective et par nos chers griots. Son génie dans l’art de la guerre mérite d’être enseigné dans les plus hautes écoles militaires », a estimé d’ailleurs le Pr. Ndao. Il n’est pas donné à tout le monde de mener 42 combats en 23 ans.

Son legs mérite d’être entretenu, car comme l’a si bien dit l’universitaire, l’ancien roi du Cayor n’appartient pas qu’à sa famille. C’est tout le Sénégal qui devrait veiller à ce que l’héritage de ce héros ne tombe pas dans l’oubli.

Mais en attendant que les autorités comprennent cela et mènent la danse, il est mis sur pied, depuis 2015, un projet de création d’une fondation Lat-Dior. Les premières actions sont menées depuis 2016. En 2018, est initié « Dekheulé 2018 ». A cette occasion, un mur a été construit dans le village. Il y a eu après des journées de consultations médicales gratuites à Thilmakha. Il a été également organisé une journée culturelle dédiée à tous les résistants du Sénégal. Pour Dekheulé 2019, il est prévu un colloque au cours duquel le public redécouvrira Lat-Dior Ngoné Latyr Diop à côté de panels avec les écoles. Une caravane Sénégal-Gambie sera organisée après et elle passera par tous les lieux de mémoire où Lat-Dior est passé.

BIGUE BOB

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)