DEMISSIONNAIRE DU REWMI D'IDRISSA SECK : Abdourahmane Diouf tout droit vers le Macky

Par , publié le .

Actualité

Longtemps courtisé par le parti au pouvoir, le Dr Abdourahmane Diouf a démissionné hier du parti Rewmi d'Idrissa Seck. L'ex-porte-parole de Rewmi a aujourd'hui le choix de mettre en place sa propre formation politique ou de rejoindre le camp du pouvoir.

Mais qu'arrive-t-il à Idrissa Seck et à son parti? C'est à croire que le vide est en train de s'opérer indéfiniment autour de l'ancien Premier ministre d'Abdoulaye Wade et non moins patron de Rewmi. Après les multiples départs qu'il a connus depuis 2012 et bien avant même, il a perdu hier l'un de ses brillants cadres, le Dr Abdourahmane Diouf en l'occurrence. Ce dernier a démissionné du parti Rewmi. « Par cette présente, je vous annonce mon départ du parti Rewmi. Cela a pour conséquence directe de libérer les mandats que le Président Idrissa Seck m'avait généreusement confiés : porte-parole, coordonnateur de la Cellule des cadres, co-responsable de la Commission de collecte de fonds et responsable du département de Rufisque'', a écrit le désormais ex-militant de Rewmi dans une déclaration rendue publique hier.

Dans la note, il soutient que d'autres devoirs, de l'heure, moins politiques, l'appellent et exigent de lui sa considération et sa disponibilité entières. Pour autant, il précise que ses relations avec Idrissa Seck sortent indemnes de sa démission. « Hier (Ndlr: avant-hier) soir, dimanche 21 Avril 2019, j'ai rencontré le Président Idrissa Seck, à son domicile. Nos riches échanges ont été empreints d'humanisme, de générosité, de convivialité, d'amitié et …d'émotion. Je lui ai communiqué ma décision. Il l'a comprise. J'ai sollicité ses prières. Il me les a formulées. Notre amitié et notre estime sont réciproques. Elles le resteront'', soutient-il. Avant de lui rendre un vibrant hommage.

« Je voudrais ici lui dire toute ma gratitude et toute ma reconnaissance. Il m'a toujours témoigné de sa confiance. J'ai fait de mon mieux pour la mériter. Il m'a accompagné dans mes nombreuses responsabilités au niveau du parti. Il m'a donné l'opportunité de travailler pour l'Etat du Sénégal ; immense honneur pour moi qui avais un parcours jusque-là international. Il m'a conseillé et guidé. Il m'a confié sa parole. Tâche délicate et parfois ingrate. Mais nous avons su rester en harmonie, dans le cadre d'un protocole de référencement rigoureux et sans concession. Avec lui, j'ai vécu des moments exaltants de vie politique. Merci à vous Idrissa. Et Que Dieu vous préserve et vous donne le meilleur !'', écrit-il. Tout en relevant que son départ de Rewmi s'est fait tout naturellement sans aucune rancune.

« Les séparations sont souvent douloureuses. Celle-ci ne fait pas exception à la règle. Mais elle a le mérite d'être cordiale, responsable, fluide, sincère, assumée. Ni rancune ! Ni rancœur ! Ni amertume ! Et sans arrière-pensée aucune ! Elle ferme une porte et ouvrira peut-être des fenêtres''.Pour le Dr Abdourahmane Diouf, sa seule certitude est sa foi au Sénégal et son attachement à sa patrie. D'ailleurs, il a exprimé toute sa disponibilité pour les combats d'aujourd'hui et de demain. « Travailler à la grandeur du Sénégal est un sacerdoce. Sans hésitation ni murmure, je resterai au chevet de mon pays, pour apporter ma contribution, à la dimension de mes moyens. Vous le savez déjà et je vous le réitère, à chaque fois qu'il me sera donné l'opportunité d'agir dans un cadre public, je garderai mon patriotisme chevillé au corps, et je mettrai les intérêts du Sénégal au-dessus de tout'', promet l'ex-porte-parole de Rewmi, sans pour autant préciser sous quelle forme il pourrait travailler pour le Sénégal.

Est-ce dans un cadre privé ou dans un cadre public, si jamais le président Macky Sall lui confie une structure étatique? Ce qui est évident, c'est que le Dr Diouf, qui a été pendant longtemps courtisé par le régime en place, démissionne dans un contexte national où beaucoup de sociétés nationales restent sans chef, depuis la formation du nouveau gouvernement. Il a le profil de l'emploi pour diriger une société nationale comme la Senelec ou d'autres structures, comme l'Artp. Reste à savoir si l'ex-Dg de la Sones répondra aux sirènes du Macky.

ASSANE MBAYE

O commentaire

Laisser un commentaire