Disparition de pêcheurs en mer : Greenpeace prend le contre-pied d’Aminata M. Ndiaye

Par , publié le , Modifié le .

Actualité

Se prononçant sur les cas de disparitions, répétitifs de pécheurs sénégalais en mer, la ministre des Pêches et de l’économie maritime soutient: « certains pêcheurs ne prennent pas en compte les mesures de sécurité établies».

Cette déclaration d’Aminata Mbengue Ndiaye n’est pas du goût de Greenpeace. Dans un communiqué, l’Ong de défense de l’environnement ne cache pas sa déception.

«Greenpeace est surprise de la réaction de la nouvelle ministre sénégalaise des Pêches et de l’économie maritime, Mme Aminata Mbengue Ndiaye qui estime que les disparitions des pêcheurs sénégalais en mer sont causées par le fait que «certains pêcheurs ne prennent pas en compte les mesures de sécurité établies», souligne d’emblée l’organisation.

En effet, les cinq jeunes qui ont récemment disparu suite au chavirement de leur pirogue à Saint-Louis viennent s’ajouter à la liste déjà longue de pécheurs sénégalais qui périssent en mer.En 2017, 141 morts ou disparus dans 92 accidents en mer, ont été recensés par la Direction de la protection et de la surveillance des pêches.

Face à cette situation,Greenpeace attend du gouvernement des actes concrets pour sécuriser les pêcheurs en mer, même si l’Ong reconnait que «les responsabilités sont partagées entre les acteurs et l’Etat».

«Aujourd’hui, en plus de la subvention des gilets de sauvetage aux pêcheurs, le gouvernement du Sénégal doit travailler à répertorier tous les pêcheurs artisans actifs au Sénégal et à mettre en place des outils efficaces qui peuvent permettre de détecter les pirogues artisanales où qu’elles se trouvent en mer et de leur venir en aide. Le Sénégal doit aussi mettre en place des politiques de pêche adaptées pour lutter contre la surpêche et les mauvaises pratiques de pêche notamment la pêche Illicite, Non déclarée et Non réglementée (INN)», propose Greenpeace.

O commentaire

Laisser un commentaire