Economie sénégalaise et Covid : Satisfaction et inquiétudes du Fmi

Par , publié le .

Actualité

Le Fmi est plutôt satisfait de la situation économique actuelle du Sénégal. Mais l'institution s'inquiète de nombreuses incertitudes autour de la reprise de l'activité et des ressources prévisionnelles du Budget 2020.

Le Fonds monétaire international (Fmi) a mené une mission virtuelle au Sénégal entre le 9 et le 18 septembre. L'objectif étant de réactualiser les projections macroéconomiques, s'informer de l'exécution de la loi de finance rectificative 2020 et jeter un regard sur le budget 2021 en préparation actuellement au ministère des Finances et Budget. A l'issue de la mission, l'institution de Bretton Woods a exprimé sa satisfaction sur certains points et sa crainte sur d'autres.

Parmi les points de satisfactions, il y a la reprise de l'activité économique, après un coup de frein consécutif aux mesures de lutte contre la propagation de Covid-19. « En 2021, la production devrait rebondir, avec une croissance supérieure à 5 % portée en partie par des perspectives favorables dans le secteur agricole », se félicite le Fmi à travers un document posté sur son site ce lundi 21 septembre.

Mais la mission s'empresse de relativiser cet optimisme. « Cependant, cette projection est sujette à des risques considérables, du fait des incertitudes entourant le rythme de la reprise mondiale et l'évolution de la pandémie, qui pourraient continuer de nuire à des secteurs importants de l'économie, tels que le tourisme, le transport et l'hôtellerie », ajoute le document.

S'agissant du budget révisé de 2020, le Fmi décerne un satisfecit global au Sénégal. En effet, la mission pense que non seulement l'exécution du budget est jusque-là correcte, mais que ce qui reste également comme objectif est à la portée du Sénégal.

Dérogation au Code des marchés publics

Il y a toutefois un bémol. « Des incertitudes demeurent quant à la mobilisation des ressources programmées. La mission encourage donc les autorités à continuer d'agir avec prudence afin de maintenir le déficit aux alentours de 6 % du PIB comme prévu dans la loi de finances rectificative 2020″.

A propos de la lutte contre la Covid-19, le Fmi semble satisfait. En plus de constater la baisse des cas positifs et des hospitalisations, l'institution se félicite aussi de la mise en œuvre « solide et transparente'' du programme de résilience économique et sociale (PRES). De l'avis du Fmi, la plupart des mesures de lutte ont été exécutées.

Le Fmi se réjouit en plus du retour à la normale dans l'octroi des marchés publics. « La mission se félicite de l'abrogation du décret portant dérogation au Code des marchés publics pour les dépenses relatives à la lutte contre la COVID-19, qui sont désormais soumises aux procédures normales de passation de marchés ».

Revenir à un déficit de 3% en 2022

Le tout sans compter le parachèvement du nouveau plan de relance appelé Plan d'action prioritaire ajusté et accéléré (Papaa) qui devra reposer cette fois-ci, non pas sur les investissements publics, mais sur le secteur privé.

Pour le Budget 2021, le Fmi prévient déjà le Sénégal sur la nécessité, selon lui, de ne pas s'endetter davantage. « Etant donné l'incertitude élevée et les effets persistants de la pandémie sur certains secteurs de l'économie, le projet de loi de finances 2021 devrait avoir pour objectif de trouver un équilibre entre la relance économique, notamment grâce à un solide plan d'investissement, et le maintien de la viabilité des finances publiques et de la dette, tout en tenant compte de la stabilité extérieure de l'UEMOA », préconise-t-il.

L'institution veut que Dakar garde toujours en ligne de mire l'objectif de revenir à un déficit budgétaire de 3% en 2022 contre 6% actuellement. Comme quoi, avec le Fmi, les mesures d'austérité restent une donne immuable, qu'on soit dans les années 1980 ou 2020.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)