Escroquerie, faux et usage de faux : Les héritiers du défunt Abdou Kader Mbacké réclament 5 milliards à Dangote

Par , publié le .

Actualité


Les héritiers de Serigne Abdou Kader Mbacké ont traîné en justice le milliardaire nigérian Aliko Dangote, Roger Gold Smith (ancien administrateur général de la cimenterie Dangote), son remplaçant Lucas Erik Haelterman et Astou Mbaye pour escroquerie, vol, association de malfaiteurs, abus de biens sociaux, entrave au fonctionnement d'une société, faux et usage de faux.

Selon les plaignants, Dangote a volé les 10% de la part de leur père avant de changer le nom de la société à leur insu. Par conséquent, ils réclament la somme de 5 milliards Fcfa à titre de prévision.

Cité à titre de témoin, Abdoulaye Diouf a indiqué qu'il était l'administrateur d'Abdou Kader Mbacké. «Mon boss a investi 100 millions Fcfa en espèces dans la société, il a déposé l'acquisition du terrain de même que l'agrément. Le tout était à son nom. Raison pour laquelle, il détenait 10% des parts de la société. Mais les héritiers ne le savaient pas.

Lors de l'assemblée qui s'est tenu en 2012, j'ai voté contre le changement, mais ils ne l'ont pas mentionné, car je ne l'ai pas signé. En 2014, j'ai écrit à Dangote industries et eux m'ont saisi sous le nom de Dangote Ciment Sénégal. La société m'a dit qu'elle ne me reconnaît pas. En février 2017, j'ai envoyé le jugement d'hérédité», raconte le sieur Diouf.

Prenant la parole, le conseil des plaignants, Me Mbaye Dieng, est revenu sur les péripéties de l'entrée de feu Serigne Abdou Kader Mbacké dans le capital de Dangote Industries Sénégal. Voulant implanter une cimenterie au Sénégal, Aliko Dangoté s'est rapproché de Kader Mbacké qui l'Envoyé spécial du Président Abdoulaye Wade.

Ce dernier a réussi à avoir une concession minière d'argile à Thiès. Tout était au nom de M. Mbacké, affirme la robe noire. Après sa mort, le nom de la société qui était «Dangote Industries Sénégal» a changé en «Dangote Ciment Sénégal». Pis, on constate que les 100% des actions appartiennent désormais à une seule et unique personne.

«Les prévenus ont modifié les papiers. La direction de la société a commis une faute, car elle a organisé des assemblées sans qu'aucun héritier ne soit convoqué. En 2012, la société a eu un bénéfice de 27 milliards Fcfa. En 2017, ils ont fait une augmentation de capital sous prétexte qu'il y a des dettes», révèle Me Dieng qui sollicite une expertise des comptes de la société.
Son confrère Me Baboucar Cissé accuse les prévenus d'avoir orchestré une mafia. Embouchant la même trompette, Me Ousmane Sèye déclare que Aliko Dangote a convoyé un conseil de Paris à Dakar alors qu'il pouvait venir comparaître, mais il n'a aucun respect pour la juridiction.
«Le notaire a signifié les 10% de l'action d'Abdou Karim Mbacké. Ils ont changé le nom de la société, mais les héritiers n'étaient pas au courant. On réclame un droit légitime des héritiers, une expertise financière de la société et 5 milliards Fcfa à titre de prévision », a plaidé Me Sèye. Le Parquet a requis l'application de la loi.
L'As

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)