La France veut interdire la diffusion de vidéos de policiers non floutés

Par , publié le .

Actualité

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé sa volonté d'imposer le floutage des policiers sur toutes les vidéos accessibles au grand public.Gérald Darmanin assistait ce jeudi au congrès de l'Unsa Police, l'un des principaux syndicats policiers de France.

À cette occasion, il a annoncé sa volonté de répondre à cette demande récurrente des forces de l'ordre, relate France Bleu: « Personne ne pourra empêcher les gens de filmer mais je retiens l'idée d'obliger les télés et les réseaux sociaux à ne pas diffuser les images des visages des policiers, mais de les flouter », a-t-il affirmé. Le ministre a ajouté qu'il ne « souhaitait pas que les CRS et les gendarmes mobiles portent la cagoule

Liberté de l'information

Actuellement, la liberté de l'information prime sur le droit au respect de l'image mais face à la diffusion de plus en plus fréquente de vidéos amateurs relatives à des interventions policières, le syndicat revendique une mesure de protection de leur identité. Il réclame aussi que les équipes sur le terrain soient équipées de caméras-piéton afin de pouvoir, le cas échéant, diffuser leurs propres images, « ce qui leur est interdit », précise Le Parisien.

Mesure « préoccupante »

Des voix se sont évidemment élevées dans la foulée pour dénoncer une mesure « préoccupante pour les libertés « La police, ce n'est pas une milice, elle doit être identifiable, elle doit rendre des comptes », a ainsi confié David Dufresne sur France info. Le journaliste avait notamment comptabilisé le nombre de cas de violences policières pendant les manifestations des « gilets jaunes « Des policiers qui travailleraient de manière anonyme, ce ne sont plus des policiers, c'est autre chose. Et il faut vraiment en avoir conscience », a-t-il insisté.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)