La Nationalité N’est Plus Un Critère Pour être Recruté

Par , publié le .

Actualité


Invité par l’Association sénégalaise des anciens Elèves de l’École nationale d’administration (Asena) de France autour d’un diner-débat, dont le thème porte sur : «La place et le rôle de l’enseignement supérieur dans l’émergence», le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Mary Teuw Niane, a soutenu que le Sénégal est un pays en réforme et cette réforme est centrée autour de «la pertinence des filières de formation».

Parce que, pour lui, il faut pour le pays, «un étudiant qui est capable de s’employer, s’il ne trouve pas du travail». La question de la réforme des titres a été aussi au menu des discussions. Sur ce, le ministre, dans son exposé, a annoncé que, désormais, la nationalité n’est plus un critère pour être recruté comme enseignant-chercheur dans une université sénégalaise. Un pas franchi qui fait que le Sénégal, selon Mary Teuw Niane, est en train de se placer parmi les pays qui ont une forte dynamique au niveau de l’enseignement supérieur.

Concernant la question du financement des universités, le ministre a expliqué que cette réforme apporte le fait que le bénéficiaire de l’enseignement supérieur, notamment l’étudiant ou sa famille, apporte une contribution. Ce qui explique la hausse des droits d’inscriptions des étudiants

. A cela, s’ajoute les financements «clés en main», qui constitue, selon lui, une innovation qui permet de construire des institutions et d’équiper. Il y’a aussi la contribution des partenaires et du mécénat. Toutefois, Mary Teuw Niane a noté que l’apport est encore faible au niveau des collectivités locales. Mais, il ne désespère pas, même s’il estime que cela n’est pas une compétence transférée. 

Auteur: Cheikhou Aidara – Seneweb.com

O commentaire

Laisser un commentaire