Les voyages de Macky Sall en question

Par , publié le .

Actualité

Du fait de ses nombreux voyages à Touba et à l’étranger ainsi que ses apparitions nombreuses à la télévision publique (la Rts), l’ancien Président Abdoulaye Wade avait fini par se voir coller le sobriquet du président des trois T : «Télé, Touki, Touba». Aujourd’hui, son disciple Macky Sall devenu président de la République semble lui emboîter le pas. S’il n’est pas sur le point de lui damer le pion. On dirait que le locataire du palais préfère aller à l’étranger ou alors être en haute altitude, note «Enquête».

Au cours de ce mois de mai 2016, le président a voyagé 3 fois en 10 jours.  Du 11 au 13 mai, il était à Kigali au Rwanda où il participait à la 26ème édition du Forum économique mondial sur l’Afrique. Le Lendemain, il a fait cap sur Abuja pour prendre part à la deuxième session du Sommet sur la sécurité régionale. Du 18 au 22 mai, Macky Sall a été au Kazakhstan, un pays peu connu des Sénégalais. Sur le chemin de retour, il a fait escale à Istanbul en Turquie.

Sur le site de la Présidence, l’on tente d’expliquer la pertinence d’un tel déplacement. ‘’Le Kazakhstan, indépendant de l’Union Soviétique depuis 1991, est un pays à dominante musulmane, très riche en pétrole et en gaz. Il est aussi très respecté du fait de son rôle moteur dans le dialogue des religions et des cultures.Au cours de son séjour, S.E.M Macky Sall explorera différents domaines de coopération avec son homologue, notamment l’énergie, l’agriculture, les  infrastructures, le sport, pour renforcer le partenariat entre le Sénégal et le Kazakhstan.’’

El Hadji Kassé : «Macky Sall a des obligations internationales»

El Hadji Kassé, chargé de la Communication de la Présidence, note que «le Kazakhstan est un pays émergent qui a un modèle de gestion de ses ressources minières, notamment pétrolières et gazières. Le Sénégal est en train de développer une coopération intéressante en matière d’assistance dans plusieurs domaines, surtout avec les ressources énergétiques découvertes dans le pays. On va bénéficier de leur expérience en matière de gestion, d’exploitation et d’utilisation des ressources minières’’.

Le ministre-conseiller auprès du président de la République chargé de la communication présidentielle, soutient que «le président se déplace pour développer la coopération. C’est le premier diplomate du pays». «Partout dans tout le monde, aux Etats-Unis, en France, en Afrique du Sud les présidents voyagent. Je n’ai jamais entendu des questions sur l’exercice de la fonction du chef de l’Etat’’, note El Hadji Kassé dans les colonnes de «Enquête».

Mais au-delà du cas particulier du Kazakhstan se pose le problème général de l’apport que ces déplacements ont sur l’économie du Sénégal.

Aliou Sow : «Macky Sall est le président africain qui voyage le plus’’

Au mois d’avril dernier, le président a effectué aussi trois voyages en l’espace de 10 jours. Macky Sall s’est rendu d’abord en Turquie du 13 au 15 avril à l’occasion du sommet de l’Organisation pour la coopération islamique. Le communiqué de l’époque de la présidence annonçait un périple qui devait le mener au Congo Brazzaville et au Pakistan. Si le président a effectivement fait le déplacement au Congo pour l’investiture de Denis Sassou Nguesso le 16 avril, le voyage sur le Pakistan par contre a été annulé. Sans doute du fait du séjour du Président à New York entre le 20 et le 22 du même mois, pour les besoins de la cérémonie de signature de l’Accord de Paris sur le climat.

En fin octobre 2015, leader du Mpd/Ligeey, Aliou Sow avait déjà trouvé excessif le nombre de voyages du président Sall. ‘’Il n’y a pas matière à comparer Macky Sall et Abdoulaye Wade sur leurs déplacements à l’étranger. L’actuel chef de l’Etat dépasse non seulement son prédécesseur Wade, mais il n’a pas d’égal sur le continent africain. Le président voyage trop ! Il voyage énormément. C’est le président africain qui voyage le plus’’, affirmait-il.

Birahim Seck : ’’Il faut évaluer les voyages du Président’’

Birahim Seck, lui, veut surtout que l’ancien candidat respecte sa promesse de 2012 d’ouvrir les comptes de la Présidence à la Cour des comptes. ‘’Il faut une évaluation des voyages du Président. Qu’est-ce qu’on y gagne en retour. L’interrogation doit aussi s’étendre auprès du président de l’Assemblée nationale et du Premier ministre’’, préconise-t-il. Il déplore aussi le fait que ces voyages payés, aux frais des contribuables, soient souvent une occasion pour rencontrer des militants du parti au pouvoir.

Birahim Seck soutient qu’on doit savoir combien de personnes accompagnent le Président dans ses voyages. À quel titre ? «Quelles sont les dépenses effectuées notamment dans les hôtels mais également en termes de per diem ? Combien ils reçoivent ? Avec quelle presse il voyage ? Est-ce des journalistes professionnels avec des supports crédibles ?’’ se demande Birahim Seck dans «Enquête».

Mais El Hadji Kassé note qu’on ne peut pas demander au chef de l’Etat de justifier tout ce qu’il fait. «Quand il se déplace, il a sa sécurité, il a ses conseillers, il y a des journalistes. Je ne vois pas où est le problème», soutient-il.

Auteur: SenewebNews – Seneweb.com

O commentaire

Laisser un commentaire