Liga : le Valence CF assomme un Barça sans idées

Par , publié le .

Actualité

Battu à Valence (0-2), samedi, le Barça de Quique Setién pourrait perdre la tête de la Liga au profit du Real Madrid dimanche.
Aussi fin stratège soit-il, Quique Setién ne réglera pas les problèmes du Barça du jour au lendemain. Après deux victoires contre Grenade (1-0, en Liga) et Ibiza (2-1, en Coupe du Roi) pour ses débuts sur le banc, le nouvel entraîneur du double champion d'Espagne en titre a pu mesurer l'ampleur de la tâche qui l'attendait à Valence (0-2) samedi, tant son équipe, amorphe dans un 3-1-4-2 stérile, a peiné à proposer du jeu.
lire aussi
Affrontements entre supporters avant Valence – FC Barcelone
Sa quatrième défaite de la saison en Championnat laisse le Barça sous la menace du Real Madrid, qui pourrait le déposséder de la tête s'il ne perd pas à Valladolid dimanche (21 heures), en clôture de la 21e journée. Le Valence CF, qui restait sur une défaite humiliante à Majorque (1-4), remonte de son côté à la 5e place, à un point du Séville FC (un match en moins), qualifié virtuel pour la Ligue des champions.
Les plus optimistes retiendront que Lionel Messi (10 tirs à lui tout seul) et ses coéquipiers ont fait bien meilleure impression en seconde période qu'en première, marquée par les exploits de Ter Stegen (quatre arrêts, dont un penalty de Maxi Gomez détourné à la 12e minute). Mais paradoxalement, c'est quand il s'est réveillé que le Barça s'est montré le plus vulnérable, Jordi Alba (48e csc, 1-0) et Maxi Gomez (77e, 2-0) sanctionnant l'apathie d'une défense au sein de laquelle Samuel Umtiti avait de nouveau été préféré à Clément Lenglet.
Aucun tir pour Griezmann
À l'image de cette frappe écrasée de Frenkie de Jong dans la surface (50e), les visiteurs ont manqué de justesse dans le dernier geste. Ils auraient aussi pu quitter Mestalla avec une défaite plus lourde si l'arbitre n'avait pas refusé un but à Gabriel Paulista (81e, a priori pour une faute sur Busquets avant que le corner ne soit frappé), par ailleurs auteur d'un tacle salvateur devant Messi (58e). Très discret, pour ne pas écrire invisible, Antoine Griezmann n'a pas tiré une seule fois.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)