Même les guerres finissent autour de la table de négociations

Par , publié le , Modifié le .

Actualité

Hier, nos politicards se sont retrouvés autour du ministre de l’Intérieur. Pour parloter au sujet du dialogue national, finalement, mué en « waxtaan » politique.

Certes, « Gorgui », pour qui, seul « Karim, son fiston compte dans ce pays, a opté la politique de la chaise vide. Les gars de « Khaf »’, aussi, ont déchiré leur carton d’invitation.

Mais beaucoup d’opposants, dont notamment les plus virulents comme Mamadou Diop Decroix ont jugé plus sage de répondre à la main tendue de « Thiompal ».

Non seulement pour le juger sur pièce, en fonction de ses déclarations d’intentions. Mais aussi pour que, si « Salatul Ala Fatiha » ne traduit pas en actes concrets les conclusions du dialogue du 28 Mai prochain, ils puissent claquer la porte et le vilipender auprès de l’opinion.

?a leur permettra, également, d’amender ou de rejeter les termes de références.

Même les guerres finissent autour de la table de négociations. Et, ça, même les « Thiantacounes » l’ont compris. Eux, qui ont semblé fumer le calumet de la paix, après une brève dispute autour de celui ou celle censé (e) succéder à Feu leur guide

Mame SAGAR

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)