Qui Pour être La Première Femme Présidente Du Sénégal En 2019 ?

Par , publié le .

Actualité

La charte de la militante, c’est ce qu’il faudrait concevoir afin de réitérer un leadership de qualité qui saurait propulser l’ascension d’une femme à la tête des différents pays Africains, notamment au Sénégal. Car si le pays de Lat Dior se fait distinguer entre autres par l’effervescence de sa société civile, il gagnerait d’une charte qui saurait identifier les traits forts d’un militantisme de qualité en voie de disparition qui servirait à faire du leadership de ses femmes une référence à travers le continent.

Le Sénégal, pays de grande envergure diplomatique, pourrait de par l’exemple de démocratie qu’il a érigé jusqu’ici, se démarquer comme étant l’une des premières nations africaines à avoir su propulser une femme à la tête de son pouvoir exécutif. Ceci serait un maillon dans son histoire déjà marquée par la grande vague de la parité, cet acquis qui sans volonté politique d’une part et une forte dose de résilience d’autre part ne saurait servir de manière efficace la cause pour laquelle il a pu être gagné.

Des critères bien choisis basés sur une étude stratégique amèneraient à la sélection d’une liste non exhaustive de 10 femmes qui, de par leur calibre, ont été identifiées pour être des candidates privilégiées pour le poste de prochaine Présidente de la République du Sénégal en 2019. La finalisation de la « charte de la militante » produira un document de référence qui permettra la sélection des 5 femmes les plus aptes à occuper ce poste de par une série de critères qui refléteraient l’excellence qui ont fait acquérir la célèbre école Mariama Bâ de Gorée ainsi que le Prytanée Militaire Charles N’Tchoréré de Saint-Louis leur incontestable respect. Il s’agira de consolider les forces pour former un bouclier autour de celle qui sortira vainqueur de ce lot et de lui fournir d’un soutien fort et consistant. Il faudra non seulement renforcer ses capacités, mais aussi lui doter des outils de campagne électorale en lui dessinant une stratégie innovante, accentuée d’un mécanisme de communication exclusif afin de lui permettre de gagner le terrain qui ne lui sera donné en aucun cas. De plus, les associations, GIE et organisations de femmes, devront débourser de leurs tontines, les milliers de femmes commerçantes de tous les coins du pays contribuant qui de pièces de monnaie qui de liasses de billets à financer sa campagne. En somme, l’harmonie devra jouer de sa flûte afin de permettre à cette femme d’occuper les locaux du Boulevard de la République, accompagnée ou pas par un monsieur à ses côtés. L’essentiel sera pour la démocratie du Sénégal de gravir un échelon et surtout pour les politiques de développement de se donner une chance de relance avec le parfum d’une nouvelle ère.

Les femmes, à l’image de Ndatté Yallah et Soukeyna Konaré qui ont aidé à la propulsion de la carrière politique de leurs cousins respectifs à savoir Galandou Diouf et Lamine Guèye, ont une capacité incontournable de mobilisation et de ralliement derrière leurs représentants politiques. C’est cet engouement, cette force insurmontable et toujours exploitée par les leaders politiques, souvent des hommes qui ont jusqu’ici dominé la sphère des campagnes électorales présidentielles, que les femmes devraient capitaliser, monopoliser puis consolider afin de choisir une pionnière qu’elles hisseront ensemble à la tête du pays. Car, il faudrait se l’admettre, le Sénégal est gorgé de femmes capables de porter ce rôle avec diplomatie et main de maître. Elles sont sur tous les fronts, sur tous les territoires autant déjà positionnées au sein du pays, en Afrique que dans la diaspora et portent dans leurs trousseaux des expertises diverses qui devraient être mises en exergue afin de leur permettre de faire scintiller leurs aiguilles.

Classées par ordre alphabétique et non par ordre de mérite, elles se résument comme suit :

1.  Adama Diop : l’Universelle 

Adama Diop est l’une des Sénégalaises dont l’identité rappelle le caractère universel de son leadership. Des dix femmes choisies sur cette liste, Adama est celle qui porte le mieux le profil de la femme de la diaspora qui à travers son militantisme communautaire a su aider des centaines d’immigrants sénégalais et africains à New York dans leurs processus d’installation puis d’intégration aux Etats Unis. Femme de marque et dévouée dans les questions de droits humains et libertés fondamentales, elle représente toutes les femmes de la diaspora autant en Europe, en Inde que dans le reste du monde dont le leadership est une référence et serait pour sûr une valeur ajoutée. Elle est la Coordinatrice de l’Association des Migrants d’Afrique ( FAIA), Présidente de la Conférence des ONGs et Manager de Dekane Consulting. Cette diplômée en Administration Publique a toutes les qualités pour représenter la 15ème région du Sénégal lors des élections présidentielles prochaines.

2.   Aida Mbodji: La Lionne

Il est un hasard qu’elle soit à la tête de cette liste par ascendance alphabétique. Mais elle pourrait aussi se retrouver dans le lot des 5 finalistes; car la première nécessité d’un leadership militantiste est la farouche volonté. Aida Mbodj vise la position et a tous les potentiels nécessaires pour pouvoir l’acquérir. Femme de terrain, elle compte un pouvoir incommensurable de mobilisation, surtout lorsqu’il s’agit de la gente féminine qui constitue près de 52 pourcent de la population sénégalaise. Elle est une femme qui est à l’aise dans toutes les sphères, autant sur le plan décisionnel qu’à la base. Elle a une poigne remarquable et est confortable dans toutes les cours autant celle des guides religieux de toutes les confréries, celle des battantes de la base qu’à l’hémicycle. Son atout, il faut le lui reconnaître, c’est sa capacité à rebondir, à faire face aux coups et à foncer malgré tout. C’est là une force incommensurable dont aurait besoin la prochaine Présidente de la République du Sénégal. Députée, membre du conseil municipal de Bambèye et du conseil départemental de cette localité, elle a occupé diverses fonctions de Ministre et demeure indomptable en la matière. Elle est une potentielle candidate digne du poste.

3. Aissata Tall Sall : La courageuse

Elle a un atout et c’est celui de maîtriser le droit, surtout le droit privé dont elle est diplômée. Car au Sénégal, le droit est une connaissance fondamentale afin de savoir gérer la constitution. Femme politique, avocat, porte-parole du Parti socialiste sénégalais, ministre sous la présidence d’Abdou Diouf, député, maire de Podor depuis avril 2009, elle connait les rouages du domaine politique pour avoir cheminé avec les acteurs les plus connus. Son courage ainsi que sa capacité à dire les vérités les plus crues tout en sachant faire face aux conséquences font d’elle une courageuse battante. Elle est l’une des cartes les plus sures du leadership de par son charisme, son expérience poussée, sa force de frappe ainsi que sa détermination.

4. Aissatou Diack : La Géante Invisible

Comme Adama Diop, Aissatou Diack est une femme qui scintille par son efficacité . Spécialiste en Santé, elle se démarque du lot pour avoir su cheminer pendant plus de quinze ans au niveau de l’institution de Bretton Woods après avoir longtemps fait ses preuves dans le volontarisme au Sénégal et l’engagement communautaire au sein de la SWAA avec le professeur Eva Marie Cole Seck. Elle fait partie de l’une des premières vagues de jeunes filles formées pour la sensibilisation de la population sur les questions du virus du SIDA dans les années 90. Elle est l’un des exemples de la réussite après des études primaires secondaires et universitaires complétées au Sénégal qu’elle a pu renforcer dans les universités américaines. En Aissatou Diack, se trouve la force majeure ainsi que l’expertise avérée qui évolue au niveau des institutions internationales comme les Nations Unies et la Banque Mondiale où les femmes sénégalaises se font distinguer par leur productivité ainsi que leur constance. A côté d’Aissatou Diack, se trouvent des personnalités comme Khardiata Lo Ndiaye, Représentante Résidente du PNUD au Togo, Adjaratou Fatou Ndiaye ainsi que Awa Ndiaye Seck toutes deux, Représentantes de ONU Femmes respectivement au Nigéria puis au Libéria. Ce sont toutes là des géantes invisibles au niveau de la sphère autant médiatique que politique du Sénégal mais dont le travail de marque est reconnu au sein des institutions et des pays respectifs où elles sont en poste. Son expertise pourrait faire d’elle une véritable pionnière.

5. Aminata Angélique Manga : L’effort

Si l’étude de « la charte de la Militante » révèle que Mme Manga ne serait certes pas totalement prête pour les élections présidentielles de 2019, il va sans dire qu’elle demeure méritante pour être inclue sur cette liste. En effet, la militante idéale est celle qui par moment a besoin de se retrouver dans une phase d’incubation et c’est bien le cas avec Aminata Angélique dont les efforts sont à louer dans ses initiatives d’intégrer le volet politique avec sa capacité de chargée de communication. Ce qui est à louer dans cette initiative, c’est le fait qu’elle représente une vague de jeunes femmes dont devraient s’inspirer les jeunes leaders politiques formés depuis plus de 5 ans par la Fondation Friedriech Ebert Stiftung afin de les préparer à ce type de leadership. Car une fois la théorie soumise, la pratique serait de sauter à l’eau. Angélique rappelle en ce sens des jeunes filles comme Marième Soda Mbacké, présidente du Réseau des jeunes pour la Paix et les droits humains, qui constituent une vague de la jeunesse qui aurait besoin d’être incubée pour assumer la continuité dans les 15 prochaines années. A son image, reflète le visage de Mme Adja Sy Bâ, Administratrice de la Place du Souvenir Africain, des types de figures à ne point écarter dans la sphère politique dans un futur non loin. Bien au chaud sous l’aile de leurs incubateurs, ces femmes sortiront un de ces jours de leur carcan pour assurer une relève et suivre un chantier déjà tracé par la première femme Présidente de la République. Mais pour la période d’incubation, elles auront besoin de travailler davantage leurs aspects techniques pour être à la hauteur de l’expertise nécessaire pour diriger un pays, tout en renforçant ce qu’elles ont de plus humain dans leurs valeurs, car l’humanisme est ce qu’il y aura de plus valorisant pour occuper ce poste de privilège.

6. Aminata Mbengue Ndiaye : l’Inlassable

Si le profil d’Aminata Mbengue Ndiaye rappelle celui d’Aida Mbodj, sa candidature fait montre d’une volonté farouche de servir les femmes non seulement dans sa localité de Louga où elle a une assise indiscutable, d’abord en tant que Maire puis comme responsable nationale des femmes socialistes, mais aussi celles des autres parties de l’Afrique. En effet, l’agenda de la femme est juste au cœur de ses préoccupations et cela lui aura valu de multiples voyages à travers l’Afrique pour apporter son soutien aux plus démunies. Femme de terrain, elle a foulé la terre des coins les plus reculés de la région des Grands Lacs, notamment le Burundi et la RDC même en période de guerre. Sa passion pour le terrain ainsi que son engagement pour l’atteinte de meilleures politiques de développement font d’elle une inlassable battante toujours prête à vivre les réalités de la base. Avec elle, l’on est sûr que les préoccupations de la base seront remontées au niveau des preneurs de décision tandis que la prise en compte de tous les besoins des populations serait une priorité.

7. Aminata Tall : La Discrétion

Aminata TALL est celle que l’on aurait appelée une fois « de la race de celles qui savent gravir les échelons ». En effet, de Chercheure-formateur en didactique à l’ex-Ecole normale supérieure devenue Faculté des sciences et techniques de l’éducation et de la formation (Fastef), à la Présidente du Conseil Economique, Social et Environnemental, elle a été une ressource incontournable pour l’ascendance politique des deux derniers Présidents qui ont dirigé le pays. Ce qui fait d’elle une valeur sure pour le poste de prochaine Présidente de la République, c’est la délicatesse de même que la discrétion avec laquelle elle gère les dossiers lourds, ayant été quasi silencieuse en ne s’exprimant que lorsqu’il le fallait. Cette discrétion d’une dame que d’aucuns loueraient pour « toujours éviter de dire du mal des autres » et ceci depuis ses jours à l’Ecole Normale des jeunes filles de Rufisque est un caractère pur et totalement rare dont le Sénégal bénéficierait lors de son règne, surtout en ces moments où toute initiative de renforcement de la paix autant interne qu’externe serait la bienvenue.

8. Aminata Touré : La Rigoureuse       

Ce qui est sûr c’est qu’Aminata Touré n’est plus à présenter. Sa capacité à tenir les reines du pays n’est plus à prouver. Pour avoir été l’une des rares femmes Première Ministre du Sénégal, elle exhale la rigueur ainsi que le ‘No nonsense attitude’. De Plus, à travers ses expériences,  l’on est convaincu que les intérêts de la nation seront toujours tenus hauts. Son charisme est de ce qui est le plus convaincant, de même que son expertise. Première sénégalaise directrice de campagne pour le compte de Landing Savané pendant la campagne électorale de 1993 dont elle rejoint le parti l’année suivante, elle a aussi été directrice de cabinet de l’actuel Président Macky Sall, dont elle a entièrement contribué à l’ascendance politique à travers la rédaction de son programme pendant la campagne  présidentielle de 2012.

9. Amy Sarr Fall : l’Innovatrice

S’il faut déceler la plus innovante de toute cette liste, c’est bien Amy Sarr Fall, directrice Exécutive du magazine ”Intelligence”. Elle est innovatrice car elle est l’une des rares femmes qui pourraient diriger le Sénégal sans pour autant passer par le canal d’un long parcours politique. Elle n’aura certainement pas à battre campagne trop longtemps pour collecter, encore moins prouver qu’elle a un groupe assidu de partisans. De plus, elle a trois atouts sous ses manches : d’abord, elle peut représenter fortement la jeunesse qui a besoin de voir un changement imminent afin de ne plus envahir la méditerranée ; ensuite, elle a un profil rassembleur pour avoir su ces 6 dernières années promouvoir les grandes figures les plus représentatives du leadership du pays ; enfin, elle maîtrise un volet trop souvent sous-utilisé par les femmes leaders est c’est bien les médias. En effet, elle a su profiter de l’expérience acquise dans les grandes entreprises occidentales après l’obtention de sa double licence en Communication Internationale et en Administration des Affaires Internationales pour faire connaître son label. Si Amy Sarr Fall demeure une figure attrayante pour ce poste, c’est parce qu’elle marque par sa simplicité et sa modestie, deux traits de caractère qui lui confère une énergie qui donne d’emblée envie de la cotoyer. Elle est le type de personne dont l’on dirait « je ne sais pas quel est son plan mais elle m’inspire confiance. ». La vérité est qu’elle soit intéressée à ce poste ou pas, aura-t-elle vraiment un choix ? Car à quoi d’autre pourrait bien servir son million de suiveurs sur les réseaux sociaux une fois qu’elle aura identifié leur capacité de vote ? Elle est indéniablement un élément à suivre de près et qui pourrait apporter un changement positif dans une vague de leadership prochain, surtout lorsqu’elle mise sur deux concepts clé pour bâtir le pays: l’engagement des jeunes ainsi que la valorisation de la citoyenneté .

10. Awa Marie Coll Seck: La Constante

Tout comme Amy Sarr Fall, Awa Marie Coll Seck est une femme qui n’exprime aucune ambition politique malgré sa capacité à mener tout une troupe. Première femme agrégée de médecine au Sénégal et l’une des pionnières en Afrique francophone, Eva comme elle se fait nommer le plus souvent est une femme qui dégage le respect dans les principes et dans la parole. Cette caractéristique lui a valu d’être l’un des seuls ministres de l’actuel gouvernement, voire même le seul à avoir occupé la même fonction depuis 2012. Son expertise dans le domaine de la santé où elle a gravi des échelons fait d’elle une fierté et démontre que dans une société où d’aucuns se forcent à porter différentes casquettes pour mieux amasser leur fortune, la meilleure valeur ajoutée est la constance lorsque l’on maîtrise son domaine.

Les femmes sélectionnées sur cette liste ont fait preuve d’un processus de pré-sélection rigoureux.

S’il est un hasard que leur nom s’entame toutes par la lettre ”A”, il ne serait point fortuit que la première femme qui marquerait l’histoire du Sénégal pour l’avoir dirigé sorte de la dynastie des « A », en sorte, une reconstitution de l’histoire du monde. L’universalité, la volonté farouche, la détermination, l’innovation, la constance, la rigueur, la discrétion, l’inlassable bataille ainsi que le cumul d’efforts, voilà entre autres des valeurs qui aideront à gouverner le pays.

Sunu Capital Humain (SUNUCAPH)

Auteur: awinews – Webnews

O commentaire

Laisser un commentaire