RGPD: le programme de contrôle de la CNIL en 2019

Par , publié le .

Actualité

À peine son rapport annuel présenté, la CNIL dévoile les contours de sa stratégie pour 2019. Une année où les contrôles autour du règlement général sur la protection des données personnelles seront pleins et entiers.

Si, en 2018, la commission s’est surtout concentrée sur des dossiers pré-RGPD, les faits étant antérieurs à cette date, les derniers mois ont consacré la pleine et entière mise en application du texte. La sanction de 50 millions d’euros contre Google fin janvier en est le témoin le plus bruyant.

Dans un post ce jour, la CNIL a décrit les trois grandes thématiques qui concentreront son action pour l’année 2019.

Il s’agit d’abord du « respect des droits » issus du règlement européen. Une expression on ne peut plus large, tant ceux-ci sont nombreux : droit à l’effacement, droit de rectification, droit d’accès, droit à la portabilité des données… associés à de nouvelles obligations comme la rédaction d’une étude d’impact dans certains cas précis.

Rien qu’en 2018, cette question a représenté 73 % des plaintes reçues. Désormais, « la CNIL souhaite ainsi s’assurer de l’application effective des droits dont disposent les personnes concernées, qu’il s’agisse des droits déjà existants dans la loi Informatique et Libertés ou des nouvelles obligations issues du RGPD tel que le droit à la portabilité des données ».

O commentaire

Laisser un commentaire