Commande publique: Saer Niang réclame des quotas pour les entrepreneures

Par , publié le .

Économie


Dakar, 23 jan (APS) – Le directeur général de l'Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), Saer Niang, a proposé, jeudi, à Dakar, l'instauration de quotas réservés aux entrepreneures pour faciliter l'accès des femmes à la commande publique.

« Si on arrive à avoir des quotas pour les femmes entrepreneurs, cela peut être un moyen d'avoir accès à la commande publique. C'est une discrimination nécessaire », a dit M.Niang lors d'un atelier de lancement du projet WeFi, une initiative financée par la Banque mondiale et ONU Femmes, au profit des femmes sénégalaises.
« La formation et l'information sont nécessaires pour permettre aux femmes [actives dans l'entrepreneuriat] d'avoir accès aux marchés publics, car il faut les aider techniquement à remplir les dossiers d'appels d'offres », a ajouté le directeur général de l'ARMP.
Il propose aussi l'ouverture d'un bureau dédié aux femmes en matière de commande publique, ainsi qu'un « plan de formation » pour toutes les entrepreneures, « aussi bien de Dakar que dans les autres régions ».
« Les entrepreneures ne représentent que 10% de la commande publique dans le monde, et seulement 1% au Sénégal », a souligné M.Niang devant des déléguées d'associations d'entrepreneures.
« Au-delà des quotas, il y a la possibilité de mettre en place les taux préférentiels pour permettre aux femmes d'accéder aux marchés publics », a-t-il suggéré, laissant entendre qu'il faudra penser aux femmes lors du prochain « toilettage » du code des marchés publics.
Le projet WeFi est « important pour (?) l'entrepreneuriat féminin », parce qu'il va « améliorer les conditions d'épanouissement » des femmes, selon Mouhamed Ndiaye, conseiller technique de la ministre de la Femme.
« Nous ne devons pas nous limiter au plaidoyer de l'accès des femmes à la commande publique. Les femmes [qui entreprennent] ont du mal à accéder aux ressources financières et aux compétences techniques [nécessaires pour] booster leurs entreprises. Sous ce rapport, le projet WeFi doit être perçu comme un catalyseur », a souligné M.Ndiaye lors du lancement de ce programme destiné aux femmes.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)