EXPLOITATION PETROLE SENEGAL : Cairn Energy renonce à Sangomar

Par , publié le .

Économie

Le Russe Lukoil a acquis, hier, l'ensemble des parts de Cairn Energy dans les blocs pétroliers RSSD. Un énième rebondissement qui vient donner une nouvelle configuration dans l'actionnariat du champ pétrolier Sangomar.

La société britannique Cairn Energy a cédé la totalité de ses intérêts et obligations à la compagnie pétrolière russe Lukoil. Cette cession d'actifs concerne le champ pétrolier Sangomar constitué des blocs Rufisque offshore, Sangomar offshore et Sangomar offshore profond (RSSD). Finalement actée hier à la bourse de Londres, elle fait suite à des discussions initiées depuis plusieurs mois par Cairn Energy qui avait rendu public son intention de céder (tout ou partie) de ses parts dans les blocs RSSD.

« Les processus de cession sont encadrés par des lois et règlements dont le Code pétrolier et ses textes d'application. Ainsi, dans le cadre de l'approbation de ladite cession, l'Etat du Sénégal veillera au respect des dispositions légales et réglementaires en la matière. En particulier, le ministère du Pétrole et des Energies surveillera de très près les capacités techniques ainsi que la robustesse financière du futur partenaire à mener à bien les opérations pétrolières'', fait savoir le ministère de tutelle dans un communiqué parvenu à « EnQuête''.

La Société des pétroles du Sénégal (Petrosen), pour sa part, compte évaluer l'opportunité stratégique, économique et financière de cette cession estimée à 400 millions de dollars US. En effet, Petrosen, au même titre que les autres parties membres de la joint-venture, dispose d'un droit de péremption conformément à l'accord d'association. L'association RSSD est composée de Woodside Energy (35 %), Cairn Energy (40 %), Far RSSD (15 %) et Petrosen (10 %).

« Cela n'a rien d'anormal. Ces compagnies sont tout le temps dans des stratégies. La vente et le rachat de parts dans des intérêts sont des choses tout à fait normales. C'est dans leur stratégie. N'oublions pas que ce sont des entreprises qui sont cotées en bourse et qui sont porteuses d'actions du contribuable de leur pays d'origine. Donc, c'est la raison du jeu; on achète des parts, on va chercher des intérêts ailleurs, on revend et on va réinvestir ailleurs. Ce n'est pas une question de difficultés financières. On ne peut pas parler de difficultés financières, à ce niveau du projet. Ils ont 40 % et le projet est très avancé'', explique le directeur de la Communication et des Relations publiques de Petrosen, Bachir Dramé.

Un avis que partage le ministère du Pétrole et des Energies qui estime que « les cessions et acquisitions d'actifs pétroliers sont des pratiques courantes dans l'industrie pétrolière. Elles permettent, aux compagnies, d'ajuster leurs stratégies d'investissement et d'assurer la gestion de leurs portefeuilles''. De l'avis de M. Dramé joint par « EnQuête'', « le problème, maintenant, est qu'est-ce que l'Etat et les autres parties comptent faire, à savoir Woodside l'opérateur, Petrosen et Far. Vont-elles chercher à récupérer les parts de Cairn' Ce qu'il faut attendre, c'est la réaction des autres parties qui sont dans des simulations stratégiques actuellement''.

L'entreprise russe Lukoil, candidat acquéreur des 40 % de Cairn Energy dans le projet Sangomar, est le plus grand producteur pétrolier russe. La compagnie est présente en Egypte, au Ghana, en Iran, en Irak et Amérique du Sud. Le projet Sangomar est en pleine phase d'exécution et le début de la production est prévu pour 2023.

EMMANUELLA MARAME FAYE

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)