Franc CFA : à Paris, le choix du silence

Par , publié le , Modifié le .

Économie

Le président français Emmanuel Macron visitant une école à Ouagadougou, en novembre 2017. © Philippe Wojazer/REUTERS

Impossible pour Paris de prendre position sur la question du franc CFA sans être accusé de néocolonialisme. Alors, il se tait. Wait and see !

LIRE AUSSI : CEDEAO : « ECO », l’appellation de la future monnaie unique confirmée

Le franc CFA est un boulet politique, et la France aimerait bien estomper l’image « coloniale » qui lui est souvent associée, mais sans porter préjudice à la stabilité de l’Uemoa et de la Cemac. La position traditionnelle de Paris est connue : ce sont aux chefs d’État de la zone franc de décider de ses évolutions. Emmanuel Macron l’a d’ailleurs dit sans fard, à Ouagadougou, le 28 novembre 2018 : « J’accompagnerai la solution qui sera portée par l’ensemble des présidents de la zone franc. »

LIRE LA SUITE SUR JEUNE AFRIQUE : CLIQUEZ-ICI

O commentaire

Laisser un commentaire