Kenya : l’Etat lance le projet d’accès au solaire hors réseau

Par , publié le , Modifié le .

Économie

Le gouvernement kényan lance ce mardi le projet d’accès à l’énergie solaire hors réseau. Les mêmes sources indiquent que ce projet qui entre en compte pour le programme d’un accès général de la population à l’électricité, a bénéficié d’un appui de 150 millions de dollars de la Banque mondiale.

Ce mardi 11 juin 2019 marque le démarrage du projet d’accès solaire hors réseau (KOSAP) au Kenya. Ce dernier est lancé par le gouvernement qui peut compter sur le soutien de la Banque mondiale qui a débloqué pour la mise en œuvre du projet, une enveloppe de 150 millions de dollars soit environ 15 milliards de shillings. Dans une déclaration, le ministère kényan de l’énergie a expliqué que le Kosap permet au gouvernement de répondre à sa préoccupation de combler le fossé d’accès à l’énergie en fournissant des services d’électricité dans les zones reculées, à faible densité et traditionnellement mal desservies du pays.

Le Kosap couvre diverses zones géographiques notamment, les comtés de West Pokot, Turkana, Marsabit, Samburu, Isiolo, Mandera, Wajir, Garana, Tana River, Lamu, Kilifi, Kwale, Taita Taveta et Narok. Selon les sources gouvernementales, ces localités cibles représentent collectivement 72% de la superficie totale du Kenya et 20% de sa population.

Accès général de la population à l’électricité d’ici 2020

A en croire le ministère kényan de l’énergie, ce projet s’inscrit dans le cadre du programme visant à réaliser un accès général de la population à l’électricité d’ici 2020. La même source a indiqué que le Kosap sera mis en œuvre par trois entités, à savoir, le ministère de l’énergie, la Kenya Power et l’Autorité de l’électrification rurale, sur la période de 2019 à 2023.

A noter que le Kosap porte sur le déploiement de technologies de cuisson propres pour les ménages et l’utilisation du solaire pour l’électrification des ménages, des entreprises, des installations communautaires et des pompes à eau.

Avec Latribune Afrique

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)