Pour Bill Gates, « les plus riches devraient payer plus » d’impôt

Par , publié le .

Économie

Le cofondateur de Microsoft est la deuxième personne la plus riche au monde avec une fortune estimée à environ 96 milliards d'euros.
« Je suis pour un régime fiscal dans lequel, si vous avez plus d'argent, vous payez un pourcentage plus élevé en impôts. Je pense que les plus riches devraient plus payer qu'ils ne le font actuellement et cela inclut Melinda (Gates, sa femme, ndlr) et moi. » Voilà ce qu'a écrit Bill Gates sur son blog le 31 décembre dernier. Un message relayé depuis par plusieurs médias américains, dont Business Insider. Philanthrope depuis des dizaines d'années, la deuxième personne la plus riche au monde selon Forbes (avec une fortune estimée à 96 milliards d'euros) donne plusieurs pistes pour rendre le système fiscal américain « plus équitable ».

Pour le cofondateur de Microsoft, il faudrait dans un premier temps « augmenter l'impôt sur les gains en capital ». Il développe en expliquant que les Américains sont taxés à hauteur de 37% sur leur salaire, or « les plus riches ne tirent généralement qu'un faible pourcentage de leur revenu d'un salaire », s'appuyant plutôt sur leurs investissements (actions, immobilier) pour s'enrichir. « Je ne vois aucune raison de privilégier la richesse au travail comme nous le faisons aujourd'hui », assène Bill Gates dans ce long post.

Pas prêt à payer de lui-même plus d'impôts
Il souhaite aussi augmenter la taxe sur les successions, car « un système dynastique où vous pouvez transmettre une grande richesse à vos enfants n'est bon pour personne ; la prochaine génération ne se retrouve pas avec la même incitation à travailler dur et à contribuer à l'économie », ajoute l'homme d'affaires américain. Il investit ainsi une grande partie de son argent dans sa fondation plutôt que de la transmettre à ses enfants, lui qui considère avoir été « récompensé de manière disproportionnée pour le travail » qu'il a accompli « tandis que beaucoup d'autres qui travaillent tout aussi dur ont du mal à s'en sortir ».

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)