De l’Afrique du Sud à la Chine, les timides hommages à Robert Mugabe

Par , publié le , Modifié le .

International

Après l’annonce de la mort de l’ancien président du Zimbabwe, Robert Mugabe, l’Afrique du Sud a salué, vendredi, la mémoire d’un « champion » de la lutte contre le colonialisme. La Chine parle, quant à elle, d’un « dirigeant exceptionnel ».

De timides hommages ont été rendus, vendredi 6 septembre, quelques heures après l’annonce de la mort de l’ancien président du Zimbabwe, Robert Mugabe, héros de l’indépendance qui a ensuite dirigé d’une main de fer son pays de 1980 à 2017.

L’actuel chef de l’État zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a salué le premier « une icône de la libération, un panafricain qui a dédié sa vie à l’émancipation (…) de son peuple ». « Sa contribution à l’histoire de notre nation et de notre continent ne sera jamais oublié. Que son âme repose en paix », a-t-il ajouté.

Dans la foulée, plusieurs ministres de l’actuel gouvernement zimbabwéen ont exprimé leurs condoléances. « Un nuage noir a enveloppé le Zimbabwe et bien au-delà », a réagi un ancien ministre de l’Information sous l’ex-président, Jonathan Moyo.

« Une icône africaine »

« Un jour noir », a également tweeté le porte-parole du National Patriotic Front, parti dirigé par l’ex-président, Jealousy Mawarire. De son côté, l’actuel ministre adjoint de l’Information, Energy Mutodi, a salué « une icône africaine ». « Il n’y a aucun doute que vous étiez (…) un Homme d’État d’un caractère rare, un révolutionnaire », a-t-il estimé.

En Afrique du sud, le président Cyril Ramaphosa a rendu hommage à un « combattant de la libération et [à] un champion de la cause africaine contre le colonialisme ». « Les Sud-Africains s’associent au peuple et au gouvernement du Zimbabwe endeuillés par le décès du combattant de la libération et champion de la cause de l’Afrique contre le colonialisme », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Un bon ami du peuple chinois »

Considérée comme l’un des rares alliés de l’ex-chef d’État, la Chine a salué en Robert Mugabe un dirigeant « exceptionnel ». « Durant sa vie, il a fermement défendu la souveraineté de son pays, s’est opposé aux ingérences étrangères et a activement promu l’amitié et la coopération entre la Chine et le Zimbabwe et la Chine et l’Afrique », a déclaré devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

Déjà lors de sa démission en novembre 2017, après 37 ans de règne sans partage, la Chine avait assuré que Robert Mugabe restait « un bon ami du peuple chinois ». Le président chinois Xi Jinping fut en 2015 un des rares chefs d’État à effectuer une visite officielle dans ce pays boudé par les dirigeants occidentaux qui y dénonçaient des atteintes aux droits de l’Homme.

Avec AFP

49 commentaires

Laisser un commentaire