Gifles, coups de règle… L’enfance très stricte de Bernadette Chirac, « élevée à la dure »

Par , publié le , Modifié le .

People

« Elle a toujours été élevée à la baguette ». L’enfance de Bernadette Chirac a été spécialement stricte, comme l’écrit Erwan L’Eléouet dans son livre Dans son livre Bernadette Chirac (Fayard). Une éducation rigoriste que sa mère a toujours revendiquée. « Elle m’a beaucoup reproché d’avoir été très, très sévère avec elle (…) mais j’étais obligée, expliquait Marguerite de Courcel. Il fallait que je fasse une fille élevée à la dure pour pouvoir s’en sortir. »

Dans la vie de tous les jours, Bernadette Chirac en a bavé. Elle raconte notamment que sa mère la giflait à chaque fois qu’elle éternuait « en disant : ‘J’en étais sûre !’ Cela voulait dire ‘Vous n’avez pas mis votre pull et vous avez attrapé froid’. » Pareil lorsqu’elle ne réussit pas à 100 % sa leçon de piano. « Si je n’avais pas suffisamment étudié, ma mère me grondait beaucoup et me donnait parfois des petits coups de règle sur les doigts », se souvient Bernadette Chirac dans le livre d’Erwan L’Eléouet. Et même lorsque la petite fille se met à pleurer, sa mère n’aime pas vraiment ça…

Et certains proches n’en reviennent toujours pas. « Dans la famille, on n’avait aucun droit, que des devoirs », explique un de ses cousins tandis qu’une cousine abonde : « je pense en bien pire pour Bernadette parce que soi-disant nous étions privilégiés ». Mais avec le temps, l’épouse de Jacques Chirac a appris à pardonner à sa mère. Elle pense même que cette éducation sévère lui a été bénéfique. « J’étais trouillarde et timide, se rappelle-t-elle. Ma mère m’a élevée très sévèrement et cela m’a été salutaire pour ma vie d’adulte. »

O commentaire

Laisser un commentaire