Les dernière confidences ultra provoc de Jean-Marie Le Pen

Par , publié le .

People

Jean-Marie Le Pen tient à montrer qu'il est encore en forme ! À 91 ans, l'ex-président du Front National a accordé une nouvelle interview à Libération, dans laquelle il se confie sur ses nouveaux projets. L'homme politique, loin d'avoir dit son dernier mot en matière politique, n'a pas hésité à accepter l'appel téléphonique de son ami Bruno Gollnisch pendant l'entretien qu'il accordait à nos confrères. Avec le haut-parleur, les journalistes ont pu entendre l'intégralité de l'échange que les deux amis ont eu pendant plusieurs minutes, durant lesquelles ils ont évoqué leurs tracas de santé.

gé de 69 ans, Bruno Gollnisch, ex-député européen qui fut également directeur de la campagne présidentielle de Jean-Marie Le Pen en 2002, a récemment été hospitalisé. Les souvenirs qu'il garde cette hospitalisation peuvent paraître surprenants : « Le personnel était absolument charmant. C'est évidemment assez cosmopolite : l'anesthésiste est arabe, les filles de salle sont congolaises«  balance cash l'homme politique, sans savoir que les journalistes de Libération sont en compagnie de Jean-Marie Le Pen, et entendent tout de la conversation.

Soucis de santé et tracas judiciaires

Reconnaissant « que le personnel (de l'hôpital, ndlr) est assez coloré », Jean-Marie Le Pen a toutefois réussi à leur trouver des qualités : « Ils sont gentils, d'habitude. Les journalistes me disent : 'Mais comment se fait-il que ces gens-là, alors qu'on vous prétend raciste, vous fassent des grâces ?' Je réponds : 'C'est parce qu'ils ne lisent pas vos articles !' » explique l'éternel rival de Jacques Chirac. Dans ce même échange, Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen échangent également sur leurs déboires judiciaires. Les anciens députés européens sont tous deux suspectés d'avoir salarié à titre fictif des assistants parlementaires comme collaborateurs : « C'est un coup à 500 000 euros ça, quand même ! » peste Bruno Gollnisch.

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)