Affaire Pétro-Tim: Mame Mbaye, Abdou Mbow, Seydou Gueye, Cissé Lô, des « répondeurs pas si automatiques »

Par , publié le , Modifié le .

Politique

Ils étaient tout le temps au-devant de la scène quand il s’agissait de redresser le bateau marron-beige, en de pareilles circonstances. Aujourd’hui, ils sont tous devenus invisibles, alors que l’affaire Pétro-Tim, dans laquelle est cité le frère du président de la République, continue de défrayer la chronique.

Mame Mbaye Niang, chef de cabinet politique du Président, Thérèse Faye Diouf, coordonnatrice de la Cojer, le tonitruant député Moustapha Cissé Lô, les porte-paroles de l’Apr, Seydou Gueye et Abdou Mbow, entre autres hauts responsables de la formation présidentielle, ont tous disparus des radars. Ils ont laissé la voie libre à l’opposition qui ne rate jamais l’occasion pour tirer sur le « Macky ». Ce mutisme est l’une des remarques faites suite à l’éclatement du scandale présumé sur l’octroi des permis d’exploitation du pétrole et du gaz sénégalais.

Qu’est-ce qui pourrait expliquer une telle attitudéJean Sibadioumeg Diatta, docteur en science du langage, à l’université de Saint-Louis, analyse ce silence à deux niveaux.

«Ils évitent d’être ridicules»

«D’abord, les uns savent qu’ils n’ont rien à dire de nouveau car ils sont en manque d’arguments. Ils évitent d’être ridicules devant des adversaires ayant des preuves. En plus, les derniers rebondissements avec notamment les erreurs communicationnelles de Hamidou Kassé ne laissent plus place à des arguments solides», a-t-il dit.

La sortie d’El Hadj Kassé, ministre-conseiller en communication du Président Macky Sall, a suscité de vives réactions, même du côté de son camp.Yakham Mbaye, premier à monter au front, a violemment tiré sur ce dernier.«J’apprécie plus la posture de ceux qui ont décidé de se taire que celle de ceux-là qui racontent des bêtises», a-t-il martelé dans une réaction largement relayée par la presse.

«Pour les autres, ajoute le sociologue, leur silence est lié à des calculs politiques car Aliou Sall avec tout cette assise financière, peut être un potentiel candidat à la présidence donc à la succession de son frère. En plus, c’est aussi leur moyen de fustiger tacitement leur désaccord par rapport à l’implication à des niveaux jamais égalés de la famille présidentielle dans la gestion du pays».

«Malaise»

Jean Diatta estime par ailleurs que le silence des grands leaders de Benno Bokk Yaakaar traduit le «malaise» au sein de la coalition.

«Ils sont frustrés des attitudes des leaders de l’Apr dont le Président Macky qui veut coûte que coûte les priver de certaines mairies aux prochaines élections locales», a expliqué le spécialiste du langage qui prend l’exemple de Kaffrine où, selon lui, la nomination d’Ablaye Sow au Coud «est un moyen de combattre Abdoulaye Willane de la mairie».

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)