APR : nivellement par la bas ou phobie des têtes qui dépassent ? Quel avenir pour Amadou Bâ, Makhtar Cissé et Mimi Touré ?

Par , publié le .

Politique

On dirait que la malédiction frappe tous ceux qui ont (ou du moins à qui on prête) des ambitions politiques. Aussi loin que l'on remonte dans l'histoire politique du Sénégal, il est facile de constater que c'est la rivalité qui est à la fois, et paradoxalement, le poumon et le poison de la politique. Du Parti socialiste à l'APR en passant par le PDS, les joutes politiques ont été très souvent fatales aux principales «promesses» d'épanouissement politique des collaborateurs des Présidents. C'est vrai, la politique n'est guère une instance de fraternité religieuse, mais au rythme de la culture d'élagage systématique des potentiels aspirants à remplacer le roi, il y'a à craindre. De Mamadou Dia du temps du PS à Macky Sall du temps de Wade; l'histoire politique du Sénégal est rythmée de cortèges funèbres, faisant une procession incessante vers les cimetières politiques. Que d'énergie épuisée dans des luttes fratricides! Que de génies sacrifiés sur l'autel de luttes politiques stériles pour le bien de la nation!

Alors qu'on regrette aujourd'hui encore le divorce fatal entre Senghor et Mamadou Dia, alors que la dislocation du parti libéral en mille morceaux est encore fraiche dans les mémoire, l'histoire semble se répéter pour l'Apr. Ça combine de partout, ça cafouille, ça complote de toutes parts et tout se chamboule comme un château de cartes. A la manière des protagonistes de l'allégorie de làmbi golo, toutes les têtes qui dépassent sont systématiquement coupées et personne n'est désormais assuré de la plus petite parcelle de force politique susceptible d'être une soupape de protection pour le président qu'ils sont d'abord censés servir. En s'affaiblissant réciproquement, tous ses protagonistes ou potentiels aspirants minent le terrain de leur propre survie. Malheureusement l'histoire est tellement imbibée de passions que les hommes ne savent que très rarement en tirer les leçons pour éclairer leur avenir.

Ceux qui sont habitués à revisiter l'inépuisable répertoire mythologique des Grecs, savent que la lutte pour le pouvoir a toujours desservi les alliés et servi les adversaires. De toute le temps, quand l'appétit du pouvoir devient insatiable et entraine une rivalité fratricide, la conséquence a été l'anéantissement réciproque des frères de parti. Antigone de Sophocle nous fait l'économie de la tragédie qui frappe inéluctablement les frères qui s'entretuent pour le pouvoir. Fils d'?dipe et de Jocaste, Polynice et Étéocle offensent à trois reprises leur père parricide et incestueux jusqu'à l'enfermer. ?dipe les maudit trois fois et prédit qu'ils mourront chacun de la main de l'autre. La suite est plus que tragique: les deux frères héritent du pouvoir au sujet duquel ils s'entendent pour l'occuper par alternance au bout d'un an. Mais une fois au pouvoir, Étéocle refuse de céder. Ce qui amena Polynice le banni à se rebeller pour arracher le pouvoir des crocs de son frère. La suite est la réalisation de la prédiction de leur père incestueux: les deux moururent aux portes de la cité et le pouvoir pour lequel ils se sont fait tant d'injustices.

On peut tirer une infinité de leçons de morale de cette tragédie, dont deux principales. La première est que le destin, en politique comme ailleurs, ne vient jamais seul, il y a toujours une part de responsabilité dans le destin qui nous frappe. Le sort qui sera réservé au différents protagonistes dans cette sourde lutte à la succession de Macky pourrait être fatale non seulement aux prétendants, mais aussi au parti présidentiel lui-même. Le Parti socialiste s'est écroulé par suite d'une asphyxie découlant du poids insupportable des contradictions qui l'ont miné de l'extérieur. Le PDS a eu pratiquement le même sort: les luttes accessoires ont pris le dessus sur le combat principal. Les protagonistes se sont épuisés et perdu le goût de mener l'âpre combat pour le parti lui-même. La deuxième leçon qu'il faut justement tirer de cette tragédie qui frappe la famille d'?dipe, c'est que les ennemis du dedans sont toujours plus redoutables et plus nocifs que ceux du dehors.

Qui pour dire à Mimi Touré, à Amadou Bâ, à Makhtar Cissé et aux autres qu'on ne grandit pas forcément en éradiquant toute grandeur devant soî C'est vrai qu'il peut paraître insensé de conseiller à des rivaux politiques de faire preuve de loyauté même dans l'adversité, mais sur le thème du pragmatisme politique proprement dit, ils devraient être suffisamment outillés pour comprendre que la rivalité entre frères de parti doit avoir des limites. Quand on s'élève au-dessus de tous ses frères de parti sur la base d'intrigues, de complots et de lynchages médiatiques, on triomphe seul et très modestement. Et quand on triomphe après avoir écarté tous ses amis et alliés, la défense de son butin devient compliqué faute de soldat capable de comprendre son propre commandement. Il y a toujours des limites qui impliquent une forme de décence politique à ne jamais franchir sous peine de perdre le capital affectif dont a besoin tout aspirant à l'exercice de la puissance publique.

Dans Théorie du partisan, Carl Schmitt déclare « l'ennemi est notre propre remise en question personnifiée»: on ne peut pas dire le contraire en réfléchissant sur les contradictions qui sont en train de miner le camp présidentiel. On a comme l'impression que le pouvoir n'est plus seulement pour eux un objet de convoitise, il est devenu l'arme dont les protagonistes se servent pour mettre à mort leurs rivaux. Or la rivalité n'a ici d'autre justification que la projection de soi sur le visage d'autrui de ses propres ambitions. Vouloir pour soi ce qu'on ne veut nullement reconnaître aux autres, n'est certes pas un crime en politique, mais pousser cet égoïsme à l'extrême, c'est forcément s'exposer à une asthénie politique qui risque d'être le pain béni pour ses vrais adversaires. Or la main invisible qui tire sur les ficelles de la discorde n'est autre chose qu'une main amie, peut-être même celle qu'on a un jour tenue pour relever quelqu'un en détresse.
L'adversité politique ne doit pas se muer en inimitié, car en politique comme dans le sport, une victoire est la promesse d'une défaite et toute défaite bien intégrée est l'antichambre d'une victoire prochaine. Quand la fortune élève quelqu'un à une station que l'on convoitait avec détermination, la frustration est généralement inévitable, mais on doit se garder d'en faire une mine de haine. La plupart des hommes politiques ne peuvent pas comprendre que les choix du Prince se fassent en leur défaveur. Chaque promotion d'un camarade est vécu comme une décadence ou même une damnation personnelle. En politique comme dans l'amour, le déficit affectif est source de rupture de communication qui alimente un cycle infini de soupçon de trahison, de vengeance et d'infidélité. Il y a une sorte de synchronicité entre la promotion de certains cadres de l'Apr et la vague de vindicte populaire qui les poursuit ne relève pas du hasard.

Qui pouvait croire qu'Amadou Bâ pouvait se retrouver, quelques mois seulement après les élections présidentielles pour lesquelles il s'est presque surhumainement investi, dans une si mauvaise passé L'actuel ministre des affaires étrangères qui a longtemps été considéré comme le meilleur ministre des finances sous le président Macky est de plus en plus absent du débat national. Et ce, non à cause de sa posture dans le gouvernement, mais à cause des innombrables foyers de tension qui sont allumés sur son passage. Et là où le bât blesse, c'est que ce sont exclusivement des querelles politiques qui constituent l'essentiel des nuages qui menacent d'assombrir son avenir politique. Aura-t-il la patience, la discrétion conquérante et le génie, requis pour dissiper tous ces nuages' L'avenir nous édifiera, mais on peut d'ores et déjà présumer qu'en tant que politique, il sait lire les signaux et transformer le chant de cygne en prémices d'un avenir politique maîtrisé

La meilleure façon en politique de se débarrasser d'un adversaire, c'est de le faire passer pour un ennemi du peuple,celui qui ment, extorque ou vole son peuple. Plus le préjudice subi par le peuple est en apparence énorme, plus ce dernier a tendance à y croire dur comme faire. De là vient la mauvaise posture qu'on les victimes de cette stratégie déloyale de mettre en place une ligne de défense cohérente et efficiente. Il n'y a pas de génie ou de héros qui puisse résister avec succès à des assauts dont il ne voit pas les auteurs. Un ennemi est d'autant plus redoutable qu'il est invisible: en se faufilant dans les labyrinthes qui vont des espaces du parti aux médias, en passant par le gouvernement et l'opposition, les comploteurs ont toujours une longueur d'avance sur leurs victimes.

Mimi Touré fait constamment l'objet d'attaques alors même qu'elle n'est plus directement dans l'appareil gouvernemental. Le plus intriguant dans ces «gémonies du Capitole» où sont exposés les potentiels aspirants au trône, c'est qu'elle vient davantage des membres du parti au pouvoir que de l'opposition. Cette dernière est à la limite assignée au rôle de broyeur de cadavre déjà exécutés à l'intérieur de la maison. La liquidation par presse interposée ne peut être effective que si le nom de l'adversaire à abattre est associé à un «crime» de dimension nationale. L'accusé devient la cible de tirs nourris provenant aussi bien de l'opposition, de la presse, que de la société civile.

L'académicien français Jean Dutourd a, dans une très belle formule, résumé cette sorte de malédiction qui s'abat fatalement sur tout homme politique: «Toute carrière politique, si triomphale soit-elle, a ses éclipses». Heureux sont donc les hommes politiques qui comprennent que la politique est comme la mer: chaque marée haute annonce une marée basse. Son habileté sera jugée en fonction de sa capacité à savoir ce qu'il doit faire en temps de marée haute et ce qu'il doit faire en temps de marée basse. Car la politique ne souffre pas de congé: quelle que soit la conjoncture, il y a des actes à poser pour ne pas tomber dans l'oubli ou être la proie facile des prédateurs de toutes parts.

Il y a dans chaque parti, dans chaque organisation politique ou civile des préposés aux sales besognes. En faire des alliés est un couteau à double tranchant: il ne faut jamais contracter une dette envers la racaille, on finit toujours par devenir de la racaille politique. Car comme disait, avec beaucoup de dose sarcastique, Charles de Gaulle, la politique la plus coûteuse, la plus ruineuse, c'est d'être petit… Un homme qui s'élève en gravissant sans honte l'échelle des petites combines et des mesquineries aura tellement souillé son âme que même si le pouvoir lui tombait dans les bras, il manquerait d'éclat de charisme pour le gérer convenablement.

On ne peut pas, de façon catégorique, dire que tout ce vacarme qui poursuit Makhtar Cissé est artificiel et sans fondement, mais ce serait difficile de ne pas y voir une main politique sournoise. L'on nous rétorquera que c'est la logique de la compétition politique: soit on dévore soit on est dévoré. Mais quel intérêt de telles pratiques ont-elles pour la démocratie et, surtout, pour le pays' Il n'a pas de gloire à remporter une joute dans laquelle on s'est arrangé pour n'avoir que des adversaires mutilés. La compétition au sein d'une formation politique au pouvoir est doublement utile en démocratie. D'abord parce qu'elle suscite l'émulation, forge le caractère des siens et les aguerrit pour faire aux adversaires extérieurs au part. Ensuite parce que la compétition, si elle est saine, incite à l'exemplarité morale qui servira de ceinture de sécurité contre les risques dépravation. Nos démocraties méritent que des courants de partis adossés à des principes et à des idées économiques claires animent la démocratie interne. On ne peut pas, dans ce Sénégal du XXIe , assujettir tout le débat politique autour de personnes. Une démocratie mature est celle où les personnes sont moins importantes que les idées. Les idées, les réformes politiques et économiques que proposent les hommes politiques et qui, dans une certaine mesure, constituent la matière à partir de laquelle ils pétrissent leur personnalité et leur charisme.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)