DEBAT SUR LES INONDATIONS : Ousmane Sonko prend « l'avance'' de Macky Sall

Par , publié le .

Politique

Le président de la République n'aura pas attendu longtemps pour trouver un adversaire prêt à en découdre avec lui, dans l'arène de la question des inondations. En acceptant ce défi, le leader de Pastef/Les patriotes en a profité pour solder ses comptes avec le ministre du Développement communautaire, de l'Equité sociale et territoriale Mansour Faye.

Il en a rêvé. Elle s'est présentée. Ousmane Sonko n'a pas tardé à saisir l'occasion de se mesurer au président de la République dans un débat public. En effet, le président de Pastef/Les patriotes, dans une note publiée sur les réseaux sociaux, a accepté la « généreuse'' offre de Macky Sall, tout en saluant « ce souci subit de transparence''. Ceci, souligne-t-il, pour un exercice qui « serait une grosse bouffée d'oxygène pour notre démocratie et pour la transparence''.

Au Centre international de conférences Abdou Diouf, où il présidait, mardi, la cérémonie d'ouverture du Conseil présidentiel pour la relance économique, le chef de l'Etat avait lancé un défi à tout Sénégalais de débattre avec lui sur les inondations: « Je suis à l'aise pour engager ce débat avec celui qui le souhaite dans le pays, pour dire que mon gouvernement a fait ce qu'aucun gouvernement n'a fait depuis 1960, en matière de lutte contre les inondations. Dès 2012, j'ai lancé un programme décennal qui finira en 2022.''

Macky Sall a trouvé un adversaire. Et surement pas le plus facile à battre. D'ailleurs, l'opposant a déjà lancé les hostilités, en soulignant que, comme instigateur de ce débat, le président de la République, « pour l'honneur de la « descendance de la lignée de guerriers' dont il se réclame, ne saurait se débiner, tel que constaté récemment sur la même question'''.

Si la première allusion est faite à la position ethnique du chef de l'Etat, la seconde peut servir de jurisprudence pour ceux qui douteraient de la tenue de ce face-à-face.

En effet, le 18 septembre dernier, un débat sur les inondations avait été calé entre Ousmane Sonko et le directeur général de l'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas) Lansana Gagny Sakho. Mais il a été reporté à une date toujours inconnue; le second nommé s'étant excusé auprès du premier pour un calendrier « trop chargé''.

Pourtant, à l'image du président Macky Sall, le DG de l'Onas était le premier demandeur de cette confrontation des chiffres sur les inondations. Ce dernier contestait les chiffres donnés par Ousmane Sonko à propos de l'exécution du Programme décennal de gestion des inondations 2012-2022. Alors qu'un budget initial d'environ 766 milliards de francs CFA avait été annoncé, l'opposant déclarait que huit ans plus tard, moins de 70 milliards avaient été investis, tandis que Lansana Sakho assurait que rien que l'Onas qu'il dirige, avait investi plus de 80 milliards.

« Mansour Faye est le plus grand menteur que le Sénégal ait jamais vu naître''

Si le leader de Pastef/Les patriotes accorde du crédit au chef de l'Etat pour ne pas se défiler, ce n'est pas le cas pour le ministre du Développement communautaire, de l'Equité sociale et territoriale avec qui il a une passe d'armes, ces derniers jours. En réponse aux accusations de Mansour Faye d'une audience pour intervenir dans son intérêt auprès du président de la République, Ousmane Sonko parle de contre-vérités dans les propos du frère de la première dame.

« Cet homme, en plus d'être l'un des principaux acteurs de la gestion sombre et vicieuse de son beau-frère, est le plus grand menteur que le Sénégal ait jamais vu naître. Face à lui, Pinocchio serait un nain, sauf qu'à la place du nez de ce dernier, nous avons les fleuves de sueur de Mansour Faye'', déclare-t-il. Avant d'exiger du ministre du Développement communautaire, de l'Equité sociale et territoriale qu'il révèle le moment, l'objet et le ou les noms des témoins de l'audience en question. Puisque dans chaque accusation, la preuve incombe à l'accusateur.

Non sans faire remarquer un contre-feu du beau-frère du président de la République pour attirer l'attention sur autre chose que sa gestion des fonds de la réponse à la pandémie coronavirus, l'opposant ne compte « pas l'y aider''.

Il rappelle surtout que « le seul débat dont les Sénégalais ne doivent pas être détournés, est celui de la reddition de comptes par tous les prédateurs de la République qui se croient immunisés du fait de leur proximité avec le président de la République''. Il faut aussi dire qu'entre 2015 et 2019, Mansour Faye était ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement. Et que sur cette période, insiste Sonko, sa gestion est en cause sur les questions d'assainissement et des inondations.

Lamine Diouf

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)