France : Les opposants de Macky Sall se fliquent entre eux

Par , publié le , Modifié le .

Politique

Le Président Sall doit sûrement passer d’excellentes vacances, loin des vociférations de ses opposants habitués à perturber sa tranquillité au pays de Marianne. La trêve politique estivale est déclarée. Ses partisans d’ici doivent se tordre de rire en constatant les manoeuvres politico-politiciennes qui prévalent au sein de l’opposition politique du régime de Sall.

Le mur des lamentations s’est déplacé dans l’antre de Moïse Sarr, un « ministron » selon les termes de l’opposition. Un « ministron » qui cependant, ne les laisse pas indifférent. Figurez-vous que depuis que sa présence est annoncée en Hexagone, les masques ont commencé à tomber.

Car le Secrétaire d’Etat en charge des Sénégalais de l’extérieur, n’est pas en France que pour se prélasser. Il est en mission commandée pour démanteler l’opposition dont le socle de son combat contre le régime de Macky Sall ne repose que sur des politicailleries à la sénégalaise. Autrement dit, klaxonner à gauche pour s’encastrer à droite, dans le « Macky ».

Depuis que Moïse Sarr a débarqué à Paris, un climat de suspicion règne en leur sein. Ils se contrôlent et se surveillent sur fonds de filature et de délation. Certains caciques de l’opposition, disons plutôt les grandes gueules, parce qu’ils ne détiennent que des cadres de lutte, dépourvus de militants, manoeuvrent en douce pour rejoindre le « Macky ».

Car les affres de l’opposition ont fini par les désorienter. Ainsi, l’infatigable Aboubakr Bengelloun, bien que câblé par le ministre Amadou Bâ, via Moïse Sarr, ne savait pas quelle posture tenir face à ses « camarades » de l’opposition qui éprouvent un amour fou à le garder dans les rangs.

Parce que Ben comme l’appelle ses familiers, n’en déplaise à ses détracteurs, « sait faire du bruit et vociférer », souffle un camarade. D’ailleurs, ses camarades lui ont donné un blanc-seing pour présider le Collectif Citoyen des Sénégalais de France pour la Défense des Ressources Naturelles. Car « mieux vaut l’avoir avec nous que de le perdre », glisse un responsable de de l’opposition.

Sauf que Moïse Sarr n’a pas que M. Bengelloun dans le viseur. D’autres membres de l’opposition ont également été câblés par l’ancien boss du SGEE. Et certains d’entre eux se versent dans la délation pour vilipender Ben. Pour quels motifs ? On ne saurait vous le dire.

Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis des années, ils attendaient cette perche. D’après les confidences faites à ReseauNews, « certains cherchent à se rapprocher des potentiels candidats présidentiables en 2024 tels que Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye et la moindre mesure, Moustapha Cissé Lo.

Pour comprendre nos opposants, il faut les poursuivre la nuit. Dans la pénombre, ils se tirent les pattes, se contrôlent, procèdent à des combines et combinaisons politiquement mortelles ; et au levée du jour, ils s’enlacent.

Mais puisque Moïse les a bien pratiqués, il les connait très bien. Il veut, pour étancher leur soif, mettre en place un conseil des Sénégalais de l’extérieur, refuge tant attendu pour certains opposants esquintés par les marches de contestation et protestation qui ont finies à éculer les talons de leurs chaussures, si tenté qu’ils en possèdent actuellement.

En fait, ces soi-disant opposants sont tous courtisés par Moïse Sarr. Aboubakr Bengelloun qui crispe l’attention, est juste victime de la délation de certains de ses camarades qui négocient avec le régime.

Mais le temps est le meilleur des juges. Des vestes vont se retourner délicatement. D’autres utiliseront des voies de contournement, mais au bout du bout, ils arriveront dans le « Mackyland ». Des choix qu’il faut respecter et qui n’empêcheront pas des commentaires.

ReseauNews

40 commentaires

Laisser un commentaire