AFFAIRE DU BERGER TUE PAR BALLE A BAMBILOR: Un autre «baye-fall», propriétaire de l’arme du crime, arrêté

Par , publié le , Modifié le .

Société

L’enquête préliminaire menée avec maestria et professionnalisme par les pandores de la brigade de la commune de Sangalkam, sur l’affaire du jeune berger Thierno Sow froidement tué par balle à la jambe et à l’abdomen, a abouti à l’arrestation d’un condisciple baye-fall du principal mis en cause du drame, survenu ce samedi 25 mai, vers 18h, au village Keur Sibiry de Déni Guedj Sud à Bambilor.

La gendarmerie de Sangalkam a mis aux arrêts, hier, un autre baye-fall dans le cadre de l’affaire du berger Thierno Sow tué par balle, lors d’une sanglante bataille rangée, sur une vaste exploitation agricole (dépourvue de piquets de délimitation ou mur de clôture), appartenant à un célèbre marabout mouride (voir édition d’hier). La mesure de garde à vue du condisciple du présumé auteur de coups de feu fatals est intervenue, suite à son audition sur procès-verbal (Pv) par les enquêteurs.

Le condisciple du principal mis en cause arrêté pour «détention d’arme à feu sans autorisation administrative»

Au cours des auditions à la gendarmerie, soufflent nos sources, les enquêteurs découvrent que le présumé meurtrier du berger a usé d’une arme à feu, qui ne disposait pas d’autorisation administrative. Pressé de questions, le mis en cause tergiverse, craque et finit par balancer le nom d’un de ses condisciples «baye-fall» qui, selon lui, aurait amené l’arme et serait le propriétaire de ladite arme du crime. Cuisiné à son tour, le bonhomme confirme son frère talibé, passe aux aveux et explique dans les moindres détails les circonstances de l’obtention de l’arme à feu en question et les motivations de sa démarche. Ce qui du reste est constitutif d’une infraction punie par la loi pénale. Ainsi, les hommes en bleu lui notifient les griefs relatifs à la violation flagrante des dispositions du code pénal en la matière et lui signifient la décision de la mesure de son arrestation et de son placement en garde à vue pour «détention d’arme à feu sans autorisation administrative». Il passe alors à la trappe et rejoint son compagnon «baye-fall», accusé à tort ou à raison d’avoir causé la mort par usage d’arme à feu du jeune berger Thierno Sow.

Le présumé meurtrier du berger risque l’incrimination «d’homicide volontaire par arme à feu» ; prolongation de garde à vue pour eux

Quant au principal mis en cause, renseignent nos informateurs, il risque l’incrimination pénale d’homicide volontaire par usage d’arme à feu. Lui et son condisciple continuent de se prêter à l’exercice fatidique des questions-réponses des gendarmes enquêteurs de la brigade territoriale de Sangalkam. Ils ont bénéficié, hier, d’une mesure de prolongation de garde à vue dans les locaux des hommes en bleu. Ils pourraient toutefois être présentés aujourd’hui ou demain devant le procureur de la République du tribunal de Rufisque pour les différentes incriminations pénales respectives retenues contre eux. Les «baye-fall» se sont affrontés, samedi dernier, avec le jeune berger peulh, Thierno Sow, qu’ils accusaient d’avoir laissé son troupeau de boeufs pénétrer dans le champ de leur marabout Mbacké-Mbacké. S’ensuivit alors une violente prise de bec suivie d’altercation, qui s’est soldée par la mort par balle du sieur Sow.

Vieux Père NDIAYE

O commentaire

Laisser un commentaire