Brésil – Sénégal : les notes du match

Par , publié le , Modifié le .

Football

Opposé au Sénégal à Singapour, le Brésil n’a pas pu fêter la 100 sélection de Neymar par une victoire. Après avoir ouvert le score, les Auriverdes se sont fait rattraper par de solides Sénégalais (1-1).

Le Brésil et le Sénégal s’affrontaient pour la première fois ce jeudi à Singapour. Une rencontre marquée par la centième sélection de Neymar. Un match que la Seleção a débuté en exerçant un pressing assez haut. De quoi gêner grandement les Lions de la Teranga. Incapables de ressortir le cuir pour tenter de mener des contre-attaques, les hommes d’Aliou Cissé ont rapidement cédé face à la bande de Tite. Servi sur le côté droit, Gabriel Jesus a repiqué dans l’axe pour mettre Roberto Firmono sur orbite. L’attaquant de Liverpool a pu terminer le travail d’un piqué bien senti (1-0, 9e). Un Brésil très réaliste puisqu’il a marqué sur son seul tir au but en 30 minutes de jeu.

Très souvent bloqués devant, les Sénégalais se sont contentés de faire circuler le cuir dans leur camp, obligés de forcer des passes en profondeur trop aléatoires pour espérer toucher leurs attaquants. Résultat : un jeu trop lent et prévisible qui a fait le bonheur de l’arrière-garde auriverde, jamais mise en difficulté. En première période, une tentative lointaine hors cadre d’Idrissa Gueye (19e) et un tir de Mané repoussé par Ederson (26e) ont été les seules actions notables à signaler côté sénégalais. De leur côté, les Brésiliens ont dominé les débats aux points, mais ne se sont pas créés énormément d’occasions pour autant. Daniel Alves et Philippe Coutinho ont joui d’une étonnante liberté pour alimenter leurs attaquants, mais, hormis le but de Firmino, le portier adverse n’a pas eu à s’employer.

Triste 100e pour Neymar

Centenaire, Neymar n’a donc pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Positionné sur le flanc gauche de l’attaque brésilienne, le Parisien a bien été recherché, notamment par Coutinho. Mais soit la passe était imprécise, soit Gassama était là pour le serrer au plus près. Difficile de briller dans ces conditions. Et même lorsqu’il a été parfaitement servi plein axe par Coutinho, le natif de Mogi das Cruzes a raté son face-à-face avec Gomis (45e+2). Une occasion ratée qui aurait permis aux siens de reprendre l’avantage après l’égalisation de Famara Diédhiou sur penalty provoqué par Mané (1-1, 45e).
Au retour des vestiaires, le Sénégal a enfin réussi à monter en puissance.

Plus présents dans le pressing sur le porteur du ballon, les partenaires de Mané ont donné davantage de difficultés aux Brésiliens dans le développement de leurs attaques. Ce qui a donné une rencontre bien plus hachée et marquée par une multiplication des fautes. Dans cette configuration, difficile d’apprécier les actions de but. D’ailleurs, hormis un caviar de Coutinho mal exploité par Gabriel Jesus (53) et un coup de Neymar passant juste au-dessus du but de Gomis (68e), le deuxième acte n’a pas été d’une grande saveur. Il a fallu attendre la toute fin de l’opposition pour voir le match enfin s’emballer. Le Sénégal a eu deux occasions pour l’emporter au finish sur une tentative lointaine de Sidy Sarr (85e) et une frappe enroulée de Mané repoussée par le poteau d’Ederson (87e), tandis que le Brésil a cru pouvoir compter sur un dernier coup franc de Neymar pour fêter comme il se doit la victoire et la 100e du Parisien. En vain.

Homme du match : Coutinho (6) : très libre de ses mouvements, le joueur du Bayern a été très actif en position de meneur de jeu. Un rôle qui lui a permis d’impulser quasiment toutes les offensives brésiliennes. Juste dans ses passes et agile dans ses dribbles pour se sortir du pressing sénégalais, il a tenté de faire exister un Neymar exilé sur le flanc gauche. il aurait pu être passeur décisif si Gabriel Jesus n’avait pas gâché son offrande (53e). Remplacé par Richarlison (72e).

Brésil :

- Ederson (5) : match frustrant pour le gardien de Manchester City. Très peu sollicité en première période, il n’a eu qu’un véritable arrêt à faire sur un tir à bout portant de Mané (26e) lors des 45 premières minutes. Parti du bon côté sur le penalty égalisateur de Diédhiou (45e), il a été sauvé par son poteau en toute fin de match sur une frappe enroulée de Mané (87e).

- Daniel Alves (6) : souvent sollicité pour alimenter ses partenaires d’attaque, il a été l’un des joueurs les plus en vue côté brésilien. Profitant de la mainmise des siens, il a ainsi pu se régaler avec des montées incessantes. Malheureusement, ses offrandes n’ont pas fait de différences notables.

- Marquinhos (5) : durant une bonne partie de la première période, le Parisien n’a pas été inquiété par les attaquants sénégalais trop arrêtés. Mais sur l’un des rares éclairs de génie de Mané, il a provoqué le penalty ayant permis à Diédhiou d’égaliser juste avant la pause (45e).

- Thiago Silva (5,5) : à l’instar de son compagnon au Paris Saint-Germain, O Monstro a vécu un début de match relativement tranquille. Il a quand même placé sa tête sur quelques centres pour éviter des situations chaudes. Pas totalement clair sur le penalty concédé par Marquinhos sur Mané, il a tenu la baraque par la suite.

- Alex Sandro (4) : difficile de savoir à quoi a servi le latéral de la Juventus dans ce match. Offensivement, il n’a strictement rien apporté. Défensivement, les premières minutes du Sénégal ne l’ont pas mis en danger. Mais une fois que les Lions de la Teranga se sont réveillés, il a été davantage mis en difficulté, notamment par Sarr. Remplacé par Renan Lodi (79e).

- Casemiro (5) : la physionomie du match avec des adversaires de plus en plus accrocheurs lui a permis d’avoir un jeu physique comme il aime. Présent dans les duels, il est toutefois apparu émoussé, multipliant les fautes.

- Arthur (4) : beaucoup de ballons récupérés dès les premières minutes, mais la suite a été plus fade. Davantage pressé par les Sénégalais au fil des minutes, il a peu à peu disparu des écrans radars. Peu de passes vers l’avant pour casser des lignes, presque aucune prise de risques, il a fui la rencontre en tant que spectateur. Remplacé par Henrique (67e).

- Gabriel Jesus (5) : passeur décisif pour Roberto Firmino dès l’entame de match (9e), le Citizen semblait parti sur de bonnes bases. Au final, il s’est éteint au fil des minutes. Inoffensif dans ses combinaisons avec Daniel Alves, il a même raté une grosse action de but après un caviar de Coutinho (53e).

- Coutinho (6) : voir ci-dessus.

- Neymar (4) : pour sa centième sous le maillot auriverde, la star du PSG ne s’est pas franchement mise en valeur. Impuissant sur son côté gauche, il a très souvent été bien contenu par la défense adverse. Coutinho a bien tenté de le chercher, mais il a été trop invisible. A noter une énorme occasion de but ratée en face-à-face avec le Dijonnais Gomis (45e) et deux coups francs dangereux (69e, 90e). Repositionné dans l’axe après la sortie de Coutinho, il a été plus en vue.

- Firmino (5,5) : positionné en pointe, le Red de Liverpool a signé un début de match très efficace. Lancé par Gabriel Jesus, il a ouvert le score d’un piqué astucieux (9e). La suite ? Pas grand-chose à signaler. Remplacé par Everton (60e).

Sénégal :

- Gomis (5) : le gardien du DFCO aura tenu un peu moins de 9 minutes avant d’encaisser un but. Il ne sort pas assez vite et laisse tout le loisir à Roberto Firmino de l’ajuster d’un subtil ballon piqué (9e). Il sauve les siens sur une belle parade devant Neymar juste avant la pause (45+2). Encore une bonne sortie dans les pieds de Richarlison (80e). Son jeu au pied, défaillant, n’a pas été d’un grand secours pour ses coéquipiers.

- Gassama (4) : le latéral droit a souffert avec Neymar Jr comme adversaire direct. Mais le joueur de Göztepe ne s’est pas démonté pour autant et a tenté de contenir le numéro 10 brésilien comme il a pu. Une bonne activité offensive dans son couloir où sa relation avec Ismaïla Sarr est à souligner même si ses centres manquent souvent de précision.

- Koulibaly (5) : le défenseur de Naples a plutôt été bon dans cette rencontre. Il a bien senti quelques interventions dans sa surface dans les pieds des Brésiliens (32e, 44e). Il a mis de l’impact physique pour gêner le jeu dos au but de Firmino mais a régulièrement été pris de vitesse par le jeu dans les petits espaces des Brésiliens. Il est resté solide mais a logiquement été sanctionné d’un carton jaune pour une faute sur Gabriel Jesus (67e).

- Sané (6) : pris dans son dos sur le but de Firmino (9e), le défenseur de Schalke 04 s’est vite remis à l’endroit avec une sortie autoritaire dans les pieds de Neymar alors que le Brésilien était seul au point de penalty (16e). Il a été rassurant dans ses relances et dur sur l’homme dans les duels. Un des seuls Sénégalais a être au niveau aujourd’hui.

- Coly (5) : impliqué sur le premier but, il ne serre pas assez Gabriel Jesus qui a tout le temps de délivrer une passe décisive pour Roberto Firmino (9e). Il s’est bien repris par la suite avec une très belle intervention dans les pieds de Jesus (16e). Il se fait encore avoir sur un débordement du numéro 9 brésilien et donne une occasion de but à la Seleção (44e). Lorsque son adversaire direct n’avait pas de vitesse, il a réussi à se montrer solide et à garder son couloir.

- Kouyaté (5,5) : peut-être le seul milieu des Lions de la Teranga à avoir existé sur ce match. Des récupérations hautes, des projections, il a essayé d’animer l’entre-jeu sénégalais mais ses coéquipiers autour de lui n’étaient pas dans un grand jour. Un carton jaune évitable sur un tacle à retardement sur Alex Sandro (50e). Le capitaine a aussi souvent été en retard dans ses interventions et a eu du mal à se positionner devant la liberté de mouvement d’Arthur. Remplacé par Sidy Sarr (63e) qui ne s’est pas vraiment mis en valeur sauf sur cette frappe en première intention (85e).

- Gueye (3) : que de déchet ! Des pertes de balles, des passes imprécises, des contrôles manqués : une première mi-temps inhabituelle et à oublier pour le joueur du PSG. Au final, il n’a pas haussé son niveau de jeu dans le second acte avec un déchet technique trop important pour créer des décalages. Ses passes téléphonées ont été trop faciles à lire pour Casemiro qui n’a pas eu besoin de forcer son talent pour récupérer les ballons. Remplacé par N’Diaye (79e) dont l’entrée n’aura pas marqué les esprits.

- Diatta (4,5) : très peu en vue, le milieu de terrain n’a pas réussi à peser sur les débats. Néanmoins, il s’est appliqué à bien revenir défendre mais a commis quelques fautes. Un style peu académique mais efficace sur certaines phases de jeu. Il a gratté quelques ballons chauds alors que son équipe était sous pression. Son pressing est intéressant mais cela a créé du déséquilibre car il était seul à faire l’effort.

- Sarr (5,5) : l’ancien Rennais a tenté des choses mais a trop peu fait de différences balle aux pieds. Mieux par la suite où il a fait parler ses qualités de vitesse qui ont mis à mal la défense auriverde. Il s’est efforcé à prendre les espaces et n’a pas rechigné à revenir défendre très bas comme sur ce retour de Neymar dans sa surface (47e). Il a souvent été stoppé irrégulièrement sur ses tentatives de déstabilisation ou ses percussions dans son couloir. Un match moyen. Remplacé par Thioub (90+3e).

- Mané (6) : placé dans son couloir gauche, le joueur de Liverpool avait de l’envie mais il s’est montré trop imprécis dans ses tentatives par des passes manquées ou des contrôles ratés. C’est tout de même le danger numéro 1 de son équipe comme sur cette action où il déclenche une frappe soudaine, repoussée par Ederson (25e). C’est lui qui provoque le penalty de l’égalisation de son équipe à la suite d’un petit numéro dans la surface brésilienne (45+2e). Il a continué sa deuxième mi-temps sur le même rythme en apportant de la percussion et des changements de rythme qui ont posé des soucis, notamment à Daniel Alves qui a souffert face à sa vitesse. Il aurait même pu offrir la victoire à son équipe mais le poteau a repoussé sa tentative (87e).

- Diedhiou (4) : l’attaquant a du mal à se servir de ses pieds et c’est assez terrible pour un joueur de haut niveau. En première période, à chaque fois qu’il a touché le ballon, il l’a perdu. Son penalty transformé juste avant la pause sauve sa piètre prestation (45e). Du mieux en seconde période où son jeu dos au but a permis à son équipe de remonter le bloc. Remplacé par Diallo (77e) qui a eu le mérite de proposer autre chose dans le jeu.

Avec Footmercato

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)