Sadio Mané : Les secrets d’une réussite mondiale

Par , publié le , Modifié le .

Football

Plus rien n’arrête Sadio Mané même Messi que liverpool vient d’éliminer en demi-finale de la ligue des Champions. L’international sénégalais compile les bonnes performances en club et progressivement en équipe nationale. Une réussite qui a bien des explications.

Pour la deuxième année consécutive, Sadio Mané va disputer la finale de la prestigieuse ligue des champions avec Liverpool. Son club est en même temps en course pour le titre de champion d’Angleterre. Si le club de la Mersey est à un point de Manchester City, à une journée de la fin, il le doit en grande partie à la belle saison de son attaquant sénégalais. Sadio Mané est auteur de 20 réalisations en championnat, à deux unités de son coéquipier Mohamed Salah. Orphelin de ses deux compères de l’attaque lors de la remontada historique contre le Fc Barcelone en demi-finale retour de la ligue des champions (4-0, 0-3 à l’aller), l’attaquant sénégalais, même s’il n’a pas marqué, a enfilé le costume de leader de l’attaque des Reds. Il a été noté 7/10 par Maxifoot. Comment le Sénégalais a-t-il réussi à franchir un tel cap en si peu de temps ?

Un bosseur

Selon Demba Varore, journaliste sportif, rédacteur en chef du journal Stades, si Sadio Mané a pris une telle dimension, il le doit essentiellement à son attachement au travail. «C’est un taiseux, un bosseur, un croyant, un gars très généreux qui n’a d’autres activités que le foot. A Liverpool, il est dans un environnement propice au travail », analyse-t-il.

Un avis que partage le directeur de publication du quotidien sportif Record. Selon Hubert Mbengue, Sadio Mané ne récolte que le fruit de son travail. «Je trouve que c’est un sportif sérieux d’abord, un bel athlète qui a une bonne hygiène de vie. Il est sérieux à l’entraînement, prêt physiquement. Et en plus, c’est un bon coéquipier parce qu’il n’a pas de problème d’ego. C’est un homme respectueux qui n’a pas de problème avec les arbitres ou les supporters », renseigne M. Mbengue.

La couveuse Klopp

« Je vais composer une chanson pour Sadio Mané ». C’est en ces termes que l’entraineur allemand de Liverpool résumait sa joie d’avoir Sadio Mané qui venait de claquer un doublé contre le Bayern Munich pour qualifier Liverpool en quarts de finale de la Ligue des champions. En effet, même si les qualités décrites par les journalistes sportifs sénégalais en disent beaucoup sur les raisons de la montée en puissance de Mané, beaucoup estiment que sa proximité avec l’entraineur allemand l’a beaucoup aidé dans sa progression. «Il a la chance d’être avec un des meilleurs managers du monde en la personne de Jürgen Klopp. Son entraineur l’a fait progresser à tout point de vue », reconnaît Demba Varore. En effet, depuis qu’il est arrivé à Liverpool en provenance de Southampton, son entraineur l’a presque pris sous son aile, le cajolant, le mettant dans les meilleures conditions de performance.

Et le technicien allemand ne tarit pas d’éloges sur le numéro 10 sénégalais. Dans une interview accordée à un site anglais, il expliquait la progression de son protégé. «Depuis son arrivée, il a tellement aidé l’équipe qu’il s’est amélioré lui-même, en même temps. C’est un joueur offensif exceptionnel et une personne fantastique. Tout allait bien jusqu’à la première fois que sa première méforme, il a eu un peu de difficulté avec ça, parce qu’il avait besoin de s’y habituer. Sadio est un joueur de classe mondiale. Maintenant, il le sait beaucoup mieux, cela nous aide, c’est un très bon joueur », avait-il témoigné.

Des larmes qui libèrent

Les larmes ont parfois des vertus thérapeutiques. Sadio Mané ne dira pas le contraire. Alors que le Sénégal venait de battre la Guinée Equatoriale, Sadio Mané craque en fin de partie. Depuis son pénalty raté contre le Cameroun lors de la Can 2017, Sadio accumulait les performances en dents de scie. Ses larmes feront le tour de la toile. Il aura fallu l’intervention de presque tout le groupe pour le calmer. Selon Demba Varore, Sadio a toujours intériorisé les critiques du public sénégalais. «Cela l’a beaucoup affecté, d’ailleurs. Mais le fait d’avoir pleuré en fin de match l’a beaucoup libéré. Avec le soutien qu’il y a eu après cet épisode, il a compris que les sénégalais l’aimaient en réalité, mais attendaient plus de lui », explique le journaliste sportif. «Lors du dernier regroupement des Lions à Dakar (en mars dernier), il s’est montré joyeux, chambreur envers ses coéquipier. Mieux, il a accordé beaucoup d’entretiens à la presse, alors que par le passé, il évitait la zone mixte. D’ailleurs, il a été le premier à dénoncer la qualité de nos pelouses », poursuit D. Varore.

Les légendes conquises

Connu pour son public chaud bouillant, Liverpool a aussi la particularité de garder un lien étroit avec ses légendes qui n’hésitent pas à dire tout haut leur ressenti. Parlant de l’attaquant sénégalais, le légendaire capitaine de Liverpool, Steven Gerrard, estime que Sadio est tout simplement impressionnant. « Il est génial. Il est beau à regarder jouer. Je ne le dis pas parce que je suis un supporter des Reds. C’est le genre de joueur qui te pousse à payer beaucoup d’argent pour aller le regarder jouer. Il est si rapide et il fait bouger les choses. Pour quelqu’un qui est si véloce, parvenir à assurer le spectacle à chaque match avec une palette technique infinie, c’est incroyable », avait-il, récemment, témoigné. L’autre légende Jamie Carragher va plus loin. « Mané est le joueur qui a ramené la grandeur de Liverpool à lui seul. J’aurais cédé Salah parce que je considère que Mané est le meilleur transfert que le club ait fait ces dernières années. Je pense que s’il était là en 2014, on aurait pu être sacré champion de Premier League. », témoignait-il sur le plateau de Skysports.

Comme l’année dernière (finale perdue face au Real Madrid), Sadio Mané est à un match d’un historique graal en devenant le premier footballeur sénégalais à remporter la très prestigieuse Ligue des champions européenne. De quoi être un peu plus dans le coeur des Sénégalais en attendant de rapporter la Can à Dakar.

Source : LESOLEIL

O commentaire

Laisser un commentaire