La France fait passer la taxe sur les géants de la technologie malgré les menaces américaines

Par , publié le , Modifié le .

Tech

La France a approuvé une taxe sur les services numériques malgré les menaces de représailles de la part des États-Unis, qui soutiennent qu’elle cible injustement les géants américains de la technologie.

La taxe de 3% sera prélevée sur les ventes générées en France par des multinationales telles que Google et Facebook.

Le gouvernement français a fait valoir que de telles sociétés dont le siège est à l’étranger paient peu ou pas d’impôt.

L’administration américaine a ordonné l’ouverture d’une enquête sur le déménagement, ce qui pourrait donner lieu à des tarifs de rétorsion.

La nouvelle taxe a été approuvée par le Sénat français jeudi, une semaine après son adoption par la Chambre basse, l’Assemblée nationale.

Toute entreprise numérique dont le chiffre d’affaires est supérieur à 750 millions d’euros (850 millions de dollars US – dont au moins 25 millions d’euros sont générés en France) serait soumise à la taxe.

Il sera appliqué rétroactivement à partir de début 2019 et devrait permettre de lever environ 400 millions d’euros cette année.

La taxe française sur la technologie bouleverse les États-Unis.
Facebook interrogé par un tribunal sur les transferts de données entre l’UE et les États-Unis.
Guerres commerciales, tarifs Trump et protectionnisme expliqués.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)